NORMANDIE XXL, Votre magazine économique sur internet

collectivités


Pôle de l’estuaire de la Seine : les actions 2018 sont lancées

Dernière mise à jour 06/12/2017
Les communautés en bleu clair n'ont pas encore rejoint le Pôle

Collectivités. Aboutissement d’une longue obstination comme il en faut dans notre pays pour faire bouger les structures administratives, le Conseil du Pôle métropolitain de l’estuaire de la Seine s’est déroulé mardi 5 décembre 2017. Pour mémoire le projet de 2014 avait été rejeté, Edouard Philippe, alors président de la Codah avait retravaillé sa copie et l’agrément avait été obtenu le 21 décembre 2016.

Comme le montre la carte, la couverture du pôle, de part et d’autre de l’estuaire, est loin d’être parfaite et c’est surtout la Seine-Maritime qui présente la plus belle unité. Au sud les EPCI de Pont-Audemer, du Lieuvin, de Pont l’Evêque, de Cambremer et de Cabourg n’ont pas encore rejoint le groupe. Le pôle couvre néanmoins 250.000 ha, regroupe 528.700 habitants soit une densité exceptionnelle de 210 habitants au km² alors qu’elle n’est que de 112 hb/km² pour la Normandie et 118 hb/km² pour la France. Nous sommes donc dans un ensemble exceptionnellement urbanisé.

Le bureau du pôle compte 15 membres et est présidé par Luc Lemonnier et la soixantaine de délégués, représentant les 10 intercommunalités membres, ont défini ensemble leur feuille de route pour 2018.

Les lignes sont claires il s’agit d’agir pour se faire entendre, d’agir à la bonne échelle, de faire connaître et partager les bonnes pratiques et cela sur quatre axes : attractivité et tourisme, développement économique, mobilités, développement durable et santé.

Présence du Pôle dans le Copil

Le Pôle souhaite être présent pour peser dans les débats et défendre ensemble les intérêts du territoire de l’estuaire de la Seine : Ligne Nouvelle Paris-Normandie à l’échelle de la Vallée de la Seine, SRADDET à l’échelle de la région Normandie…

François Philizot, délégué interministériel au développement de la Vallée de la Seine, a invité le Pôle à intégrer les structures de pilotage du projet LNPN existantes. Joël Colson (Communauté de Communes pays d’Honfleur et de Beuzeville) suivra les travaux du Copil LNPN.

 Agir à la bonne échelle

La raison d’être du Pôle est d’entreprendre des actions qui ne sauraient l’être à l’échelle d’une seule Communauté de communes, ainsi en va-t-il de la gestion des data, du projet Seine à vélo que suivra Benoît Gatinet (Communauté de communes du Roumois Seine), du gérontopole dont l’association créée en novembre 2017 réunit outre le Pôle, la Carsat Normandie, l’Université Le Havre Normandie, le Pôle TES, le groupe hospitalier du Havre et la fondation FilSeine. Relevant aussi de l’action collective du Pôle les marchés de producteurs et les navettes maritimes.

Se faire connaître

Le Pôle n’a pas lésiné sur les moyens, il prévoit une nouvelle édition du Global Estuaries Forum, et de la manifestation Les Voix de l’Estuaire, la reconduction des marchés de producteurs de Pays et des navettes de l’estuaire entre Le Havre et Trouville-Deauville.

Un remarquable site internet a été créé www.estuairedelaseine.fr, riche et clair et un compte Twitter @estuaire_seine pour faire connaître l’actualité en temps réel.

Au bureau on trouve aux côtés du président Luc Lemonnier, les vice-présidents : Philippe Augier (attractivité), J.C. Weiss et François Aubey pour le développement économique, Marie-Agnès Poussier Winsback (attractivité), Benoît Gatinet (mobilité) Jean-Louis Rousselin (Développement Durable et santé)….la suite sur le site du Pôle.