NORMANDIE XXL, Votre magazine économique sur internet

idées


Sous les sabots de Sleipnir, le coursier d’ODIN…les actualités normandes de septembre 2017

Dernière mise à jour 12/10/2017

Idées. La rentrée a débuté le 2 septembre par la tonitruante Fête de la Pomme, à Epreville en Lieuvin, au cours de laquelle le Président de la Région Normandie, Hervé Morin, a dressé un premier bilan des dix-huit premiers mois de sa mandature : beaucoup de satisfactions (justifiées) - « La Normandie est en mouvement permanent » - et des mises en garde adressées au pouvoir central à propos de la nécessaire évolution de la gouvernance de l’Axe Seine, qui ne peut se concevoir sans les Normands et leurs représentants. D’autre part, Hervé Morin souhaite que : « l’État desserre son carcan administratif et financier ». Il a, bien entendu, dressé la liste des mesures que la Région a lancées et qui montrent un réveil du dynamisme d’une Normandie enfin redevenue elle-même.

            Sans être exhaustifs, nous avons relevé au cours du mois diverses initiatives  qui illustrent la mise en mouvement de politiques régionales dans différents domaines :

- Création d’une Agence de la Biodiversité (la première dans une région française)

- Convention entre la Région et Prism’Emploi portant sur la formation

- Harmonisation des frais de scolarité pour les étudiants en kiné

- Constitution de Team Normandie sous l’égide de la Région réunissant les sportifs de haut niveau de Normandie pour les aider dans leur préparation en vue des prochains Jeux Olympiques

- Dotation d’un million d’euros pour les 24 Missions locales afin de favoriser l’insertion professionnelle des 16 – 25 ans

- Convention entre la Région et Neoma (ESC – Rouen) pour accompagner les étudiants créateurs d’entreprises

- Mise en chantier du prochain Festival Normandie Impressionniste (La Région en reprend la main), qui se déroulera en 2020. Une directrice, Mme Selma Topiak – Denis a été nommée. En 2018, une manifestation intermédiaire sera organisée à partir des collections des musées normands

- Déblocage d’une aide aux Iles des Antilles gravement impactées par l’ouragan Irma (ne jamais oublier que l’île de Saint-Barthélemy est considérée comme normande par son origine et son peuplement)

ACTUALITES POLITIQUES

            Les élections sénatoriales dans la Manche et dans l’Orne ont confirmé MM. Philippe Bas et Jean Bizet (LR) dans le Cotentin et Mme Nathalie Goulet (UDI) dans l’Orne. Deux nouveaux : M. Houllegatte (PS) à Cherbourg et M. Sébastien Leroux (LR) dans l’Orne. Ce dernier, maire de la commune nouvelle de Putanges – les Lacs, devra certainement céder son siège à cause de la Loi sur le non-cumul des mandats. Mesure qui touche aussi M. Jean-Léonce Dupont, président du Conseil départemental du Calvados, qui abandonne son siège de sénateur : c’est Mme Sonia de la Provôté (UDI) qui le remplace au Palais du Luxembourg.

            On assiste dans toute la France à une fronde des Régions (et des autres collectivités locales). Elles sont mécontentes du traitement infligé par l’État qui entérine les transferts de compétences… en réduisant les dotations générales de fonctionnement. Hubert Dejean de la Bâtie, vice-président du Conseil régional, qui représentait Hervé Morin au Forum des Régions, s’en est longuement expliqué dans une interview parue dans Paris-Normandie (29 septembre).

            Le lancement des travaux pour le Grand Paris (28 milliards d’euros pour commencer!) va assécher pour longtemps les possibilités d’investissements en faveur de l’Aménagement du Territoire dans les Régions. L’hypertrophie parisienne n’est pas en passe d’être atténuée…

DU COTE DES MOBILITES NORMANDES

            D’abord le positif.

            On va (enfin) entreprendre la réalisation des échangeurs complets sur l’Autoroute A 13, à Bourneville et à Toutainville. La Vallée de la Risle va être désenclavée et les liaisons avec la Normandie occidentale seront facilitées. Jusqu’à présent, seule la destination parisienne était assurée par ces insolites demi-échangeurs, dénoncés depuis plus de trente ans par le Mouvement Normand.

            Le contournement Est de Rouen va-t-il devenir réalité ? L’idée en a été lancée… en 1972. Cette fois les Collectivités locales et régionale s’engagent et la D.U.P. sera effective en 2018. A noter que l’État est étrangement absent du tour de table.

            Ce sont les communications immatérielles qui vont connaître un appréciable développement. En 2020, 562 000 foyers normands seraient connectés au Très Haut Débit. C’est un investissement de 108 millions d’euros de la part de la Région et l’Europe apporte 32,5 millions d’euros.

            L’aéroport de Deauville – Normandie vient de connaître une saison d’été faste : 24 000 passagers en juillet et en août. La construction d’une nouvelle aérogare est décidée.

            La Région lance de nouveaux tarifs pour ses T.E.R. : Tempo Normandie. Ils devraient favoriser les jeunes usagers. La Région, toujours, propose une visualisation en 3 D des futurs trains régionaux. L’initiative a connu un vrai succès.

            Malheureusement, il y a un côté négatif.

            Passons sur l’incident malheureux d’un train qui « oublie » de s’arrêter en gare d’Yvetot et attendons la tenue du COPIL (Comité de Pilotage en jargon administratif) concernant la future – très future – L.N.P.N. (Ligne Nouvelle Paris – Normandie) pour laquelle les financements ne sont pas réunis. La S.N.C.F., toujours aussi technocratique, affecte de traiter avec mépris la proposition du député P.S. Christophe Bouillon – soutenu par tous les élus de sa circonscription, qui voudrait, au lieu d’un tracé nouveau, que l’on modernisât le tronçon existant entre Rouen et Yvetot. Un milliard d’euros pour une section entièrement nouvelle, pour gagner quatre minutes et gâcher des centaines d’ha de terres agricoles, est-ce bien raisonnable ?

            Il y en a un qui ne va pas se faire bien voir de la corporation cheminote, c’est le sénateur de l’Eure, Hervé Maurey, qui vient de déposer une proposition de loi visant à faciliter la concurrence ferroviaire. Son impératif – auquel le Mouvement Normand souscrit – est qu’il vaut mieux prévoir en amont la privatisation du rail pour le trafic des voyageurs, inéluctable puisque décidée au plan européen, avec l’appui du Gouvernement français, plutôt que de ne rien prévoir et aboutir au fiasco du trafic fret. Le rôle de l’État serait de faire respecter les engagements des différents opérateurs. On imagine sans peine le hourvari que cette proposition de bon sens pourrait déclencher dans la féodalité du rail si une suite était donnée à cette initiative sénatoriale !

CELA BOUGE DANS LE MONDE DE L’ENSEIGNEMENT

            La grande nouvelle – mais elle était dans la logique de la réunification normande – c’est qu’il a été nommé un seul Recteur pour les Académies de Caen et de Rouen. Bien entendu, des syndicats montent au créneau : ils craignent que cela conduise à une meilleure mutualisation susceptible, disent-ils, d’une diminution des emplois faisant doublons. No comment !

            L’Université de Caen a publié un communiqué affirmant qu’aucun futur étudiant n’avait été « oublié » et que tous avaient trouvé une place dans les différentes U.F.R... Tant mieux ! En est-il de même à Rouen et au Havre ? Nous l’espérons.

            Un accord a été conclu entre l’Université de Caen et les Etats de Jersey : en 2018, les étudiants jersiais pourront suivre des spécialités dans les facultés caennaises.

DANS LE MONDE DE LA MER

            Le port du Havre retrouve le sourire. Au premier semestre 2017, on enregistre une augmentation de 12,5 % du trafic des conteneurs.

            Le bulot de Granville vient de recevoir le label « pêche durable M.S.C. » (Marine Stewardship Council). Voilà un nouveau produit de qualité de Normandie qui est reconnu. Granville est le premier port coquillier de France et le bulot est la première espèce labellisée.

            Siemens – Gemesa (propriétaire d’Adwen) confirme son intention de construire sur le site du Havre deux usines de fabrication pour des éléments d’éoliennes off-shore et, notamment, un nouveau moteur – rotor dont on craignait qu’il ne soit réservé à un autre site du groupe. C’est 750 emplois à la clef.

            Cela étant, l’éolien terrestre suscite des réticences de plus en plus grandes. A la fois dans Le Figaro et dans La Manche Libre, un ancien élu de la Manche, Denis de Kergorlay, publie une charge impitoyable contre les aérogénérateurs, coûteux, peu efficaces et destructeurs de paysages…

DANS LE MONDE AGRICOLE

            Le Ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, un des ministres normands du Gouvernement, préside aux destinées des Etats Généraux de l’Agriculture et de l’Alimentation. On en attend beaucoup dans le monde agricole : notamment une juste rémunération des produits de la terre et de l’élevage. Les agriculteurs normands – comme tous leurs collègues des autres régions – souhaiteraient que ce ne fussent pas la grande distribution qui fixât les prix, mais que l’on partît du produit brut justement rémunérateur… Position que nous approuvons au Mouvement Normand.

            « Betteraves sans entraves », le titre du Courrier Cauchois en date du 29 septembre est explicite. Cela touche particulièrement les Hauts de France et la Normandie. C’est la fin des quotas. Gare à la surproduction dans toute l’Europe et, conséquemment, à la chute brutale des cours du sucre. Les industriels du sucre sont confiants : souhaitons qu’ils ne se trompent pas.

            Cela va un peu mieux dans le secteur du lait. D’abord, le lait normand fait prime sur le marché. « Les Chinois se ruent sur le lait made in France » (Le Figaro, 23 septembre, « Le lait du Cotentin nourrit les enfants chinois » (Ouest – France, 20 septembre), « Le lait normand arrive en Chine » (Paris – Normandie, 21 septembre). Ces titres d’articles montrent l’émergence d’un courant d’échanges qui ne peut qu’être profitable pour la Normandie. D’ailleurs, sous l’impulsion de la F.D.S.E.A. de la Manche, une marque d’excellence du lait normand « Lait Coeur de Normandie » est proposée dans les grandes surfaces. D’autre part, les producteurs de fromages AOP exigent des laits hauts de gamme pour leurs productions de qualité. La qualité, maître mot pour une agriculture de sortie de crise à haute valeur ajoutée.

            Nous y ajouterons les niches, signes de diversification : ainsi, un cultivateur de la Suisse normande se lance-t-il dans la production de blé noir, telle autre – il s’agit d’une agricultrice – se spécialise dans les framboises dans l’Eure. Les abattoirs de Villedieu – les – Poêles se relancent avec une race de porc locale particulièrement appréciée. Chaque mois, dans la presse normande, des expériences de ce genre montrent que tout espoir n’est pas perdu dans le secteur agricole.

             L’entreprise agro-alimentaire Florette fête ses trente ans. Cette société de Lessay, qui a un nom connu et une véritable notoriété, va construire une seconde usine, en Allemagne, près de Francfort.

CELA BOUGE AUSSI DANS LE COMMERCE ET L’ECONOMIE DU SPORT ET DU TOURISME

            Le Village des Marques, à Honfleur, va ouvrir au cours du mois de novembre. Selon La Manche Libre, ce sera le seul exemple de ce genre dans tout l’Ouest de la France. On attend avec circonspection l’impact d’un tel établissement (plusieurs millions de visiteurs par an sont attendus!) sur le commerce local. Michel Lamarre, maire d’Honfleur, rassure dans diverses déclarations les commerçants locaux déjà installés : ils vont profiter, dit-il, de cet afflux de chalands…

            Le dossier de classement des plages du débarquement auprès de l’UNESCO s’étoffe : le magnat américain, M. Forbes, propriétaire du Château de Balleroy, vient d’apporter au projet un soutien de poids. La Région pense d’ailleurs que ces plages du Calvados pourraient, dans le cadre des J.O. de 2024, être la porte d’entrée en France de la flamme olympique. En tout cas, la Normandie espère devenir l’arrière – salle de la quinzaine olympique et les responsables régionaux rassemblent toutes les données en matière d’accueil des différentes délégations, notamment les équipements sportifs où les athlètes pourraient s’entraîner avant les compétitions parisiennes.

CULTURE, IDENTITE, PATRIMOINE : UN SECTEUR ECONOMIQUE EN PLEINE CROISSANCE

            La dimension économique de la vie culturelle n’est plus à démontrer. C’est un angle d’appréciation quelquefois dédaigné par les « cultureux ». Ne le négligeons pas cependant :

- Succès de l’Expo sur les frères Henri et René Saint – Delis au Musée Boudin de Honfleur

- Alliance du Musée des Beaux – Arts de Caen et du F.R.A.C. de Normandie

- Le Conservateur du Louvre, Philippe Malgouyres, est venu à Fécamp juger de l’avancement et de la pertinence des présentations muséographiques du futur Musée des Pêcheries (cela fait longtemps que nous l’attendons).

- Succès – habituel – du 43e Festival du Film américain de Deauville

- Préparation du 23e Festival du Film russe à Honfleur, qui aura lieu du 21 au 26 novembre

- On tourne le film Bécassine dans le Perche sous la direction de Bruno Podalydès (on aurait attendu ce tournage en Bretagne)

- Les cinémas normands ont enregistré neuf millions d’entrées au premier semestre. Cette fréquentation, relativement haute, est stable et proche des sommets de 2015

- Dieppe a connu son Festival de BD, avec en vedette, Jaime Calderon, très apprécié pour ses récits historiques médiévaux

- Le plus vieux dancing de France, le Moulin Rose, à Saint – Adrien, près de Rouen, a fêté ses 90 ans

- On a inauguré une stèle en l’honneur d’Alexandre Dumas, à Puys, près de Dieppe, où le grand romancier résidait souvent dans une propriété qui a vu l’éclosion de certains de ses chefs-d’œuvre

- Ornavik, parc de loisirs à thème, à Hérouville-Saint-Clair, veut créer un centre d’interprétation viking

- On ne compte plus les nombreuses fêtes de reconstitution médiévales

- La Fête des Normands, le 29 septembre, à la Saint – Michel, a réuni de nombreuses animations, parmi lesquelles les jeux traditionnels normands qui regroupent de plus en plus d’adeptes

            Ce ne sont là que quelques exemples d’une activité culturelle, le plus souvent enracinée, qui contribue à développer un sentiment d’identité particulièrement précieux en ces temps d’uniformisation des loisirs.

            Nous terminerons hélas ce panorama des actualités normandes par l’hommage rendu par ses frères d’armes, lors d’une cérémonie dans le cimetière de Condé sur Sarthe, au soldat originaire d’Alençon, Julien Barbé, tué en avril dernier au Mali.

            Ne l’oublions pas.

Guillaume Lenoir avec le concours d’Edwige Le Forestier et de Geneviève Flament

OFFICE DE DOCUMENTATION ET D’INFORMATION DE NORMANDIE

87, rue de la République 76940 La Mailleraye sur Seine Commune nouvelle d’ARELAUNE EN SEINE