NORMANDIE XXL, Votre magazine économique sur internet

collectivités


Vire l’industrieuse et la combative

Dernière mise à jour 29/08/2017
Vue d'ensemble de Vire

Collectivités. Le nom Vire dans le Sud-Ouest du Calvados, en limite des départements de la Manche et de l’Orne, évoque d’abord sa spécialité au rayonnement international, l’andouille à laquelle Charles Amand a donné ses lettres de noblesse.

Mais le nom de cette industrieuse cité est aussi lié à Guy Degrenne, le célèbre cancre qui, en fait, était diplômé de l’Essec, et a créé l’art des couverts inox. Dans un autre registre, c’est le berceau de La Normandise et de son créateur Christian Duquesne, un vétérinaire inventeur de gammes de nourritures pour les chats et chiens, vendues sous marque de distributeurs. La liste pourrait continuer ainsi sur plusieurs pages puisque Vire ne compte pas moins de 850 entreprises qui représentent 11.500 emplois pour 11.470 habitants (2014) … Même si on prend en compte la commune nouvelle, Vire Normandie, créée en fin 2016, on n’arrive qu’à 18.000 habitants. Cela signifie que le bassin d’emplois s’étend largement au-delà de la commune, induisant des flots de circulation et signifiant clairement que Vire n’est pas une zone d’attraction pour la localisation des habitations. On travaille à Vire mais on habite très souvent ailleurs. Dans les entreprises les plus récentes (mais devenues les premiers employeurs privés locaux), 40 % des salariés vivent à plus de 30 km de Vire alors que la ville offre une profusion de services dignes d’une cité de 40.000 habitants. Une spécificité qui demande à être explicitée et que la municipalité aimerait bien changer.

Retour vers le passé

La Vire c’est d’abord un fleuve dont la ville a pris le nom, son étymologie indo-européenne nous fait remonter à la racine wēr- « eau » et se décline sous bien d’autres formes : Var, Veyre, Vère…De l’eau en Normandie, c’est presque une tautologie.

Nous voici dans le bocage virois, appelé aussi collines de Normandie, avec des dénivelés allant ici de 225 m à 85 m. Le point le plus haut de la commune se situe à l'Est, sur la route de Condé-sur-Noireau, le point le plus bas, correspond à la sortie de la Vire du territoire, au Nord.

Vire se situe sur un oppidum c'est-à-dire un site de défense et, en 1123, Henri 1er Beauclerc, roi d'Angleterre et duc de Normandie, y fait construire un donjon carré muni d'une première enceinte, afin d'assurer la défense du duché contre les troupes du comte d'Anjou ou les seigneurs de Bretagne. Les défenses seront renforcées par St Louis (Louis IX) mais elles ne plairont guère à Richelieu qui y voit un moyen de se protéger pour les huguenots, il les fera donc détruire. Il ne reste que quelques vestiges témoignant des fortifications passées dont la célèbre porte horloge, qui correspond à la porte d’entrée dans la ville au moyen-âge. Elle sera ensuite surmontée d’un beffroi et une horloge y sera ajoutée en 1499.

L’esprit de résistance étant bien ancré sur ces terres, à partir de 1795, les Chouans s'organisent dans le bocage sous la direction de Louis de Frotté qui fit le siège de Vire. L'exécution du Général des Royalistes de Normandie à Verneuil-sur-Avre, commandée par Bonaparte en février 1800, met un terme à la Chouannerie normande.

C’est à une toute autre résistance que Vire eut à faire appel au 20e siècle. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le 6 juin 1944 vers 20 heures, comme beaucoup d'autres villes normandes, Vire eut à subir les bombardements stratégiques alliés et fut détruite à plus de 95 %. Au cœur de la cité reconstruite, un monument rappelle les noms des 411 civils tués ou disparus sous les décombres. Les soldats du 1er bataillon du 116e régiment d'infanterie de la 29e division d'infanterie américaine libèrent la ville le 8 août 1944. Du 6 au 8 août, ce régiment subit cent huit tués et quatre disparus dans la bataille.

A partir de 1945 il fallut tout reconstruire et se reconstruire, mais l’ardeur était au cœur des Virois dont l’un d’eux déclare : « La période était difficile mais euphorique. La guerre était finie, les prisonniers étaient rentrés et la ville bruissait d’activités ».

Reconstruction : 1949-1960 / 2017

Située aux confins du massif armoricain, la ville possède peu de maisons normandes à colombages, ses maisons sont construites avec la pierre du pays, le « bleu de Vire », un granit tirant sur le gris qui donne un aspect un peu austère. Il ne manque pourtant pas de séduction puisqu’il a servi à construire le Pont Alexandre III, le tombeau du Soldat inconnu et, plus récemment, l’Opéra Bastille.

La grande reconstruction de la ville a été menée sur un champ de décombres et dans des conditions matérielles très difficiles, cela donna naissance à une architecture dont on n’a pas toujours su apprécier l’originalité. Il a fallu le classement du Havre au patrimoine de l’humanité par l’Unesco pour que les yeux s’y dessillent. Mutatis mutandis, il en va de même pour Vire dont l’originalité de la  première reconstruction menée par des architectes de renom comme Marcel Clot puis Claude Herpe n’a pas nécessairement été perçue et les restaurations de maintenance qui ont suivi n’ont pas respecté les ordonnancements.

L’actuelle architecture de la ville est mal comprise car on oublie les conditions de sa réalisation, de plus certaines innovations architecturales n’ont pas été gardées : « entrées de style remplacées par des portes d’entrée standard, volets en pin d’Oregon remplacés par des volets en plastique… » explique Serge Couasnon, maire adjoint. On pourrait parler d’une certaine clochardisation.

Une nouvelle restauration du patrimoine est maintenant en cours qui s’inscrit dans une démarche de la Région Normandie pour soutenir les villes reconstruites dans le renforcement de l’attractivité de leurs centres. Un appel à projet a été lancé par la Région qui sur ce point a programmé un budget de 10 millions d’euros, 19 villes ont été invitées à y répondre, 5 seront retenues « et Vire compte bien être de celles-là » souligne Serge Couasnon. Le dépôt des dossiers va se faire en septembre 2017.

Actions en cours pour les bâtiments

IMMOBILIER. Près de 43% des logements ont été construits entre 1949 et 1974. Cet habitat de la Reconstruction, n’a pas souvent été remis aux normes actuelles que ce soit en matière de confort ou d’accessibilité et ne correspond plus aux attentes des ménages. Caractéristique de Vire intra-muros 60% des occupants sont locataires.

La nouvelle municipalité élue en 2014 a entrepris de nombreuses actions parmi lesquelles l’aide à la restauration du patrimoine immobilier, Serge Couasnon explique :

« Pour lutter contre la vacance et aider les propriétaires occupants ou propriétaires bailleurs, une opération programmée d’amélioration de l’habitat (OPAH) a été mise en place en 2014. Elle les aide à réhabiliter leur patrimoine immobilier. Cette politique de requalification de l’habitat lutte avec succès contre la vacance, notamment en centre ville reconstruit. »

L’OPAH qui rencontre un réel succès vient d’être prolongée pour 2 ans. Elle est complétée par un plan local de l’habitat (PLH) qui aide financièrement les propriétaires dans la préservation, la restauration d’éléments caractéristiques (portes, balcons) du patrimoine architectural, le ravalement ou la réhabilitation des façades, la mise en accessibilité des immeubles (aide à l’installation d’ascenseurs), etc.

Mais l’action en faveur des habitations va encore être renforcée avec la mise en place d’un Programme opérationnel préventif d’accompagnement des copropriétés (POPAC).

Et Serge Couasnon de souligner : « le grand défi de l’équipe municipale arrivée au pouvoir en 2014 est d’inverser la baisse démographique (- 2000 habitants en 20 ans) et de conjuguer l’économie résidentielle et l’économie productive qui, elle, se porte bien »

HOTEL DE VILLE. L’aménagement de l’hôtel de ville, n’est pas dans l’appel d’offres. Ce beau bâtiment créé par Claude Herpe et Raymond David avec, en façade, un bas-relief de René Babin symbolisant la renaissance de la cité meurtrie, utilise la déclivité du terrain par une suite de terrasses architecturales successives. Il est classé monument historique depuis 2011. A le regarder on comprend toute l’évolution des constructions des années 50. Serge Couasnon guide notre regard : certaines parties du béton s’abîment, faute d’une bonne fabrication, la ferraille est trop près de la surface et ressort toute rouillée ; sur les balustrades les joints n’ont pas été entretenus et elles apparaissent toute dégradées. Des blocs de béton bouchardé devraient être changés mais on ne sait pas reproduire certaines structures très originales. Le béton bouchardé vise à obtenir une texture proche de la roche originelle. Son aspect brut résulte de l’assemblage de granulométries différentes qui mélange gravillons et béton et du traitement de la surface durcie par éclatement mécanique. Le savoir-faire est partiellement perdu.

A l’intérieur la salle du conseil, une très grande table forme un bel hémicycle mais il ne peut accueillir l’ensemble des conseillers municipaux et pas question de changer l’agencement qui est classé, y compris le mobilier. Quant à la réunion des 136 élus municipaux des 8 communes de la Commune nouvelle, elle doit se tenir dans la salle des mariages.

A l’extérieur, dans le jardin qui entoure l’hôtel de ville, les racines des arbres plantés il y a plus 40 ans, se heurtent au granit du sous-sol et progressent à l’horizontal, contribuant à détruire escaliers, allées, espaces de stationnement... Le choix de la végétation n’a pas été adapté à la nature du sous-sol.

Sites retenus par l’Appel à projets

La municipalité s’est mobilisée pour valoriser l’identité patrimoniale et changer le regard sur l’architecture de la Reconstruction afin de permettre aux habitants de se la réapproprier. Le travail a été coordonné par Judith Wach architecte du patrimoine qui fait partie du personnel de la commune, elle travaille avec les services techniques et on a aussi fait appel à un cabinet extérieur et bénéficié du concours du CAUE du Calvados.

ESPACE HENRY LESAGE

L’ancienne bibliothèque Henri Lesage conçue par les architectes Herpe et David, achevée en 1962, est située en centre ville. C’est un édifice exceptionnel aussi bien pour son programme innovant à l’époque, que pour son architecture : « c’est l’un des rares bâtiments de la reconstruction viroise à adopter, à la manière des immeubles de Perret au Havre, le béton bouchardé pour souligner les arrêtes vives de l’architecture » fait remarquer Serge Couasnon

Ce lieu deviendra un guichet unique pour simplifier la vie des familles : inscriptions aux écoles, aux transports scolaires, à la restauration scolaires…guichet unique aussi pour les associations. Au programme des travaux : requalification de la façade, dépose des fenêtres, plancher technique, carottage de la dalle pour les réseaux…

PROJET IMMEUBLE DU CHAMP DE FOIRE

Ce lieu, situé en centre ville, est caractéristique de la deuxième période moderne de la reconstruction réalisée par Herpe et David. Ce bâtiment devait réunir, dans un cadre financier contraint, une grande mixité de programmes : cinéma, garage, services municipaux et une vingtaine de logements. Les architectes ont animé l’élévation de cette grande barre de loggias, hublots, claustras.

Ce lieu est destiné à être au service des acteurs du service public : mission locale, CIO à cela s’ajoute une salle multimédia. « Il va permettre de mixer les usages habitat / service public, de renforcer l’offre de service en centre ville et bénéficiera d’une rénovation énergétique, d’éclairage LED, d’isolation, Un gros travail de désamiantage est à mener pour lequel l’Etablissement Public Foncier de Normandie sera sollicité, on installera un ascenseur intérieur et une cage d’escalier extérieure »souligne Serge Couasnon. Rappelons à ce propos que toutes les constructions de la Reconstruction ont été faites sans ascenseur ce qui ne correspond plus au mode de vie actuel.

MAISON DES SOLIDARITES PAUL NICOLLE

Il s’agit de réhabiliter une friche scolaire. Paul Nicolle est un établissement de dimensions modestes, qui fait partie d’un ensemble de bâtiments désaffectés. « Il est destiné aux associations caritatives (restos du cœur, Croix Rouge, Secours populaire) il s’agit de favoriser la mixité des publics en centre ville mais, en même temps, ce bâtiment un peu à l’écart permet un accès discret nécessaire pour sauvegarder la dignité de ceux qui sont contraints d’y venir » explique notre interlocuteur.

PROJET CHATEL : Il s’agit de la rénovation et de la reconversion d’un ancien garage qui constituait un exemple remarquable du courant moderniste de l’architecture avec, en bas, un vaste espace pour le garage et sur le toit un logement en duplex de 200 m² avec accès à la terrasse. Après rénovation, les logements  seront 4 au lieu de 2 et les 350 m² du socle commercial seront restructurés. Le projet est porté par la Semivir.

Un avenir à construire

C’est en 1982 qu’on atteint le pic du nombre d’habitants avec 13.709, en 2014 on en a recensé 11.470 en déclin régulier depuis le pic de 82. La Commune Nouvelle, elle, regroupe 18.000 habitants

C’est le 1er janvier 2016, que Vire a intégré avec sept autres communes la commune de Vire-Normandie créée sous le régime juridique des communes nouvelles. Les communes de Coulonces, Maisoncelles-la-Jourdan, Roullours, Saint-Germain-de-Tallevende-la-Lande-Vaumont, Truttemer-le-Grand, Truttemer-le-Petit, Vaudry et Vire deviennent des communes déléguées et Vire est le chef-lieu de la commune nouvelle. Sans doute l’opportunité d’une nouvelle dynamique.

Mais la localisation géographique de la ville qui s’étale sur 3 collines rend la vie compliquée aux piétons avec une succession de rues pentues qui ne font pas le bonheur de la population du 3e âge pourtant très présente dans la cité. Pas plus que les commerçants ne sont ravis de leurs boutiques trop exigües et difficiles à agrandir car les immeubles urbains sont faits de successions de modules séparés par des murs de béton et des cages d’escaliers.

Ajoutons à cela les problèmes de circulation, deux ex nationales (la RN 24 et la RN 177) se croisent en centre-ville et affectent sérieusement la fluidité des trafics. La situation constitue même une hérésie par le mélange des trafics (national et local). Il aurait fallu créer une rocade, réalisation que la topographie locale rend très coûteuse. On n’en avait pas les moyens en 1950, on ne les a toujours pas en 2017. Alors les Virois préfèrent aller vivre dans les campagnes environnantes pour certains, dans l’agglomération caennaise pour d’autres. La municipalité espère bien reconquérir leur cœur en leur proposant un habitat et un environnement remis au goût du 21e siècle.

Pour mieux apprécier le béton

A l'ombre de la Porte-Horloge, le caractère original de l'architecture de la Reconstruction transparaît. Lors de la reconstruction de Vire, le béton a été traité sous toutes les formes possibles : agglomérant de gros moellons, strié, lavé, supportant des plaques gravillonnées. Le béton s’orne de parements il peut apparaître brut de décoffrage, bouchardé, avec des gravillons lavés ou mignonettes, enduit de ciment lisse ou avec des colorations. Baies, pavés de verre, portes, volets d’occultation, balcons, loggias, garde-corps, lucarnes contribuent à animer l’ensemble.

Les élus

Marc Andreu Sabater (58 ans – UG). Conseiller départemental depuis 2002, adjoint puis maire de Saint-Germain-de-Tallevende-la Lande-Vaumont de 2008 à 2014. Il s’est présenté en mars 2014 à la mairie de Vire à la tête d’une liste de rassemblement qui a été élue dès le premier tour avec 59% des voix.

En décembre 2015, les 136 élus des huit communes membres de la Commune nouvelle (l’ancienne communauté de communes de Vire) ont élu Marc Andreu Sabater maire de Vire-Normandie. Un an plus tard (décembre 2016) il est également devenu président de l’Intercom de la Vire-au-Noireau. Marc Andreu Sabater a soutenu Alain Tourret rallié de longue date à Emmanuel Macron lors des législatives. De métier, il est conseiller en formation continue.

Serge Couasnon : Ancien journaliste, 1er Adjoint au Maire notamment en charge du patrimoine et Vice-Président de l’Intercom de la Vire-au-Noireau chargé de l’attractivité, c’est-à-dire du développement économique.