NORMANDIE XXL, Votre magazine économique sur internet

idées


Islamistes !

Dernière mise à jour 21/08/2017
François Henriot

Idées. Depuis la tuerie islamiste de Barcelone, nous sommes engloutis sous l’émotion continuellement relayée par les médias télévisuels. Tweets des politiques et des footballeurs, bougies, larmes « mais il faut être là et continuer à vivre », roi d’Espagne à la barbe tellement cool et sa femme tellement digne mais sexy, émotion, émotion, émotion, émotion.

A cette communication massive, manquent toutefois « quelques » éléments. C’est une fourgonnette qui a foncé dans la foule. Un véhicule autonome? Non, conduit par… un terroriste. Un abruti d’extrême droite, un type bourré de médicaments et d’alcool ? Non, un… jeune, Marocain « semble-t-il ». Un terroriste musulman, donc : un islamiste. Oui, concèdent occasionnellement de rares présentateurs et commentateurs de plateaux TV, osant nommer enfin l’islam extrémiste.

Jeudi soir, les chaînes de télévision françaises ont multiplié les précautions. Elles ont attendu la soirée pour annoncer 13 innocents morts à Barcelone, alors que notamment El Pais, sur Internet, donnait rapidement ce premier bilan, hélas précis. Ces chaînes n’ont diffusé que de longues heures après les portraits, pourtant fournis par les enquêteurs espagnols, de ces jeunes islamistes. Ces médias n’ont commencé à évoquer que samedi le débat, très présent en Espagne, sur l’absence invraisemblable de dispositifs anti intrusion de véhicule béliers sur les longues, larges et sur fréquentées Remblas, plus d’un an après le massacre de Nice, au bord de la même Méditerranée. Ces chaînes françaises, généralistes ou d’info ( ?) n’ont pas traité des possibles conséquences de l’indépendantisme catalan sur la coordination de la lutte, en Espagne, contre le terrorisme. Et bien sûr, le terme d’islamisme est banni de leurs commentaires compassionnels mais manquant totalement de fond.

Alors que Closer (sacrée autorité morale !) cloue au pilori les politiques ayant émis des commentaires… politiques, que les petits princes du plateau de BFM font la morale à un ancien élu de droite, magistrat anti terroriste s’étonnant de cette manière de traiter le terrorisme islamo fasciste, le temps paraît effroyablement éloigné où, en France, après les attentats de 2015 à Paris , beaucoup disaient ou écrivaient qu’il fallait « nommer » le profil des assassins et leur idéologie politico religieuse. En réalité, sous prétexte de ne pas provoquer une communauté de religion, on se tait. Est-ce vraiment ce qu’attendent les nombreux citoyens de confession musulmane se sentant modérés ? Mon sentiment est que les Français (hormis leurs soldats et des policiers aguerris), les Européens, ont peur, terriblement peur. Alors, pour coller à cette trouille ne s’atténuant que lors de rassemblements éphémères d’après drame, les médias gomment, arrondissent les angles, survolent, oublient. Que des « petits jeunes » ont par exemple envahi, ce week-end même, un train bloqué en gare de Marseille. La cité où notre Président, pour une fois disparu des écrans, passe ses congés…

La TV a peur, des Français ont peur. Donnons à tous une raison supplémentaire de trembler avec ces déclarations de l’ancien chef du bureau israélien de lutte contre le terrorisme, le général de division Nitzan Nuriel, publiées dimanche par The Times of Israel : « Je pense que le pire est encore à venir. Ce à quoi nous assistons est l’agonie de l’infrastructure physique de l’Etat islamique dans la région – NDLR : sa région - et elle s’accompagnera regrettablement de nombreux incidents de ce type et pire. Je pense, par exemple, qu’un attentat terroriste chimique est devant nous (…) L’Etat islamique en a les connaissances, les capacités et les moyens. Je pense qu’il a déjà pris sa décision. Ce qui reste à connaître, c’est l’opération au cours de laquelle il aura lieu. » Nitzan Nuriel explique dans The Times of Israel que tous les aspects d’un tel attentat, notamment les modes d’obtention d’armes et de matières premières, peuvent être facilement gérés par des cellules terroristes situées dans des pays européens et entraînées pour de telles missions. Il ajoute qu’il faut une sensibilisation plus importante, partout où c’est possible, afin d’intercepter et d’empêcher d’autres attaques terroristes. Et la prévention relève de la responsabilité de tous : « La prévention est quelque chose de local et les autorités municipales peuvent le faire pour minimiser la possibilité que de tels événements surviennent à nouveau. »

Au-delà de l’émotion bien sûr légitime, passons à l’action.

François Henriot