NORMANDIE XXL - Le magazine économique sur internet

collectivités


Un coup de fouet pour faire décoller la formation en Normandie

Dernière mise à jour 23/01/2018
Hervé Morin avec un soudeur chez Imétal, c'est sur le terrain qu'il faut aller decouvrir les véritables besoins des employeurs

Collectivités. Cheval de bataille de la Région, la formation bénéficie du plus important budget : 530,5 millions d’euros, en 2018 dont 114,4 millions rien que pour l’apprentissage. Mais l’argent n’est pas le seul nerf de cette guerre contre l’inadéquation entre besoins des employeurs et compétences des demandeurs d’emplois. C’est tout un dispositif qui a été lancé sur le terrain depuis février 2017 par Hervé Morin, Président de la Région Normandie, et son fidèle lieutenant David Margueritte, Vice-président en charge de la formation et du développement des compétences pour labourer le terrain : écoute des besoins des employeurs, mise en place d’une armada d’une quarantaine d’ambassadeurs emploi – formation, responsables d’entreprises ils sont chargés d’être à l’écoute des besoins du terrain. Le constat est parfois accablant entre les recherches en personnel des entreprises et un chômage qui se perpétue.

« Un des freins majeurs à la reprise de l’activité, c’est la formation. 10 000 offres d’emploi ne sont pas pourvues en Normandie alors même que le taux de chômage est très préoccupant, notamment chez les jeunes. Pour répondre à cette problématique et adapter sa politique dans les domaines de l’emploi et de la formation aux besoins des entreprises, territoire par territoire, la Région a lancé en 2017 un appel auprès des forces vives de l’économie régionale. Une étape supplémentaire est aujourd’hui franchie avec la présentation de la nouvelle offre de formation 2018 de la Région Normandie » déclare Hervé Morin, Président de la Région Normandie.

70 nouvelles formations initiales en Normandie à la rentrée 2018

6 formations scolaires, 5 mixtes (scolaire et apprentissage) et 59 en apprentissage ouvriront à la rentrée 2018. Elles représenteront 1 049 places de formation dont 896 en apprentissage. Ces ouvertures sont équilibrées en termes de niveau de formation : 33 % de niveau V (CAP, BEP ou Brevet), 26 % de niveau IV (niveau bac), 24 % de niveau III (bac+2) et 17 % de niveaux I (bac+5 et plus) et II (bac+3 et bac+4).

16 966 places de formation proposées par la Région pour les demandeurs d’emploi

Afin de répondre aux besoins de formation des demandeurs d’emploi et aux difficultés de recrutement des entreprises 8 731 places de formation qualifiante ont été commandées en  2018 par la Région Normandie dans le cadre de son programme Qualif 2018-2020.

Les principaux secteurs concernés sont ceux du bâtiment, de l’industrie, du commerce et de la distribution, de la santé et du social, du tertiaire, de l’hôtellerie-restauration, et de la logistique. Ces actions concernent principalement les demandeurs d’emploi les plus faiblement qualifiés avec des formations achetées pour 56 % en niveau V et 29 % en niveau IV. On a besoin aussi bien de chauffeurs de poids lourds que de soudeurs, de cuisiniers que de mécatroniciens.

Rattraper les décrocheurs

S’insérer dans la vie professionnelle quand on ne maîtrise ni la lecture, ni l’écriture ou que la langue de Shakespeare s’apparente au chat qu’expire relève d’une gageure. Alors il faut retrouver les bases.

L’analyse des besoins des territoires a également incité la Région à se doter d’une offre « Socle de compétences » qui permet aux publics les plus en difficulté d’acquérir les compétences générales de base qui faciliteront leur insertion sociale et professionnelle.

8 235 places (budget : 9,6 millions d’euros) sont ainsi financées par la Région en 2018- 2021. L’offre se décompose en 5 types d’actions : Lire-écrire-compter (3 500 places), Compétences générales, (1 744), Compétences en langue française (576), Compétences en langue anglaise (985), Compétences numériques (1 430).

Encore plus à venir

Ces programmations de formation seront amplifiées très prochainement par la Région qui pilotera le  programme national  d’investissement pour le développement des compétences (PIC) financé par l’Etat. 7 632 places supplémentaires sont prévues à destination des demandeurs d’emploi les moins qualifiés.