collectivités


De Ouistreham au Nouvel Obs : l’escalade du délire communicationnel

Dernière mise à jour 14/01/2018
Elle enfle, elle enfle à chaque nouvel interlocuteur, la calomnie (cité du mal - dieuetc=

Collectivités. La préfecture du Calvados fait une mise au point suite à la déclaration d’un commerçant sur Europe 1, reprise ensuite par le leader du collectif d’aide aux migrants de Ouistreham (CAMO). Selon ces deux sources, les forces de l’ordre feraient un usage quotidien de bombes lacrymogènes contre les migrants du port.

Contrairement à de telles allégations, le préfet du Calvados rappelle que : « depuis avril 2017, les forces de l’ordre ont été dans l’obligation de faire usage du gaz lacrymogène à seulement deux reprises (le 17 octobre 2017 et le 10 novembre 2017).

Le commerçant ne pouvait évoquer qu’une intervention, celle du 10 novembre quand les gendarmes avaient été requis par des commerçants suite au déclenchement d’une rixe entre deux personnes migrantes. A l’arrivée sur les lieux, la personne était fortement alcoolisée, très vindicative et avait dégradé la terrasse d’un restaurant. Il était alors décidé par les militaires de faire usage de l’aérosol lacrymogène dans une juste mesure pour procéder en sécurité à son interpellation et éviter qu'il ne se blesse.

Le préfet rappelle : « qu’aucune plainte de personnes migrantes n’a été enregistrée dans le département pour des faits relatifs aux comportements des forces de l’ordre, ni auprès de l’inspection générale de la gendarmerie nationale ».

Bref comme souvent l’affabulation tient lieu d’information.

L’hallali du Nouvel Obs ?

A une toute autre échelle évoquons la couverture du Nouvel Obs de cette semaine qui, en plaçant le portrait du Président de la République derrière des barbelés, l’assimile aux tortionnaires des camps de concentration. La perversité d’une telle confusion mentale montre jusqu’où le besoin de publicité mène la presse. Les ventes du Nouvel Obs sont passées de 503.371 exemplaires en 2012 à 383.806 en 2016 (1er T). La promotion des ventes doit-elle vraiment passer par le recours à l’immonde ? C’est bien possible, on sait que le sexe, le sang et l’argent sont les moteurs qui font vendre mais le grand air de la calomnie marche aussi très bien. Un Nouvel Obs en perdition ne joue-t-il pas ses dernières munitions en se vautrant dans la fange de la provocation excessive ?

Qu’il me soit permis de vous conter une anecdote personnelle. La publication s’appelait alors France Observateur, j’étais enseignante et je poursuivais une licence mais déjà le virus du journalisme me démangeait. J’étais passée à France Observateur, mon histoire personnelle les intéressait. Un article me fut demandé et j’obtins son report après les examens. Je passai au journal en juin, le rédacteur en chef me demanda avec gourmandise :

  • Alors vous avez raté l’examen ?
  • Mais non, me récriai-je fièrement j’ai ma licence.

Oh alors c’est beaucoup moins intéressant…et on en resta là. Seul l’échec aurait retenu leur attention… Le socialisme est parfois très proche du marxisme et de son goût pour la table rase. En tous cas nous ne sommes pas dans le journalisme des faits mais dans celui de l’idéologie dont on sait qu’elle est une prison.

Ginette Bléry