collectivités


Gérard Collomb pratique la calinothérapie avec la Police Nationale

Dernière mise à jour 11/01/2018
Gérard Collomb et Eric Morvan

Collectivités. C’est au martyr du Père Hamel que la Normandie doit d’avoir reçu à Rouen, ce 10 janvier, Gérard Collomb pour sa première présentation de vœux à la Police Nationale. Le ministre de l’Intérieur reconnaît avoir été bouleversé lors de sa venue à St Etienne du Rouvray après l’attentat. Cette visite s’inscrit dans un moment de tension des forces de l’ordre après les récentes agressions dont les policiers viennent d’être victimes une fois de plus (Champigny-sur-Marne et Asnières). Eric Morvan, Préfet directeur général de la Police National a rappelé le lourd tribut payé par les forces de l’ordre : rappelant les noms des policiers décédés en service en 2017, les 11.000 blessés pendant l’exercice de leur fonction, les 49 suicides dont 77% avec l’arme de service.

Le ton de l’intervention fut compassionnel, affichant une profonde compréhension humaine des problèmes rencontrés par les forces de l’ordre. Le ministre a affirmé que la République n’acceptera pas les odieux comportements d’agressions que subit la police dans l’exercice de ses fonctions.

Batterie de mesures

15.000 hommes et femmes sont sur le terrain pour faire respecter l’ordre public malgré cela ne ralentit pas le rythme des délits..

Les trois grands d’actions concernent le terrorisme qui « d’exogène est devenu endogène », le maintien de l’ordre public, et l’immigration.

L’an passé 100.000 immigrés sont arrivés en France, 85.000 ont été bloqués à la frontière, les "éloignements contraints" ont été en hausse de 14% et Gérard Collomb dit vouloir renforcer la police aux frontières, sinon ce serait chaque année une ville nouvelle de 200.000 habitants qu’il faudrait construire.

En 2018 sera mise sur pied la police de sécurité au quotidien pour qu’une telle modification se mette en place, le ministre annonce sur 5 ans la création de 7.500 postes dont 1.400 dès 2018, une amélioration des moyens matériels de 196 millions d’euros en 2018 en augmentation de 5% par rapport à 2017, pour la rénovation des commissariats. Dans un esprit de décentralisation les crédits seront mis directement à disposition des  établissements. Pour moderniser l’activité, dès 2018, 50.000 tablettes seront acquises et 10.000 caméras-piétons soit un budget de 150 millions d’euros pour contribuer à la création d’une police du XXIe siècle.

Une grande enquête a été menée à laquelle 70.000 policiers ont répondu et les résultats sont particulièrement clairs : aux deux tiers ils demandent la suppression des tâches indues, l’allègement des contraintes administratives et la réforme des procédures pénales qu’ils jugent trop complexes (par chance c’est aussi le point de vue des magistrats, des solutions devraient donc être trouvées).

Les propos répondaient sans doute bien aux attentes des policiers, reste à attendre la réalisation car le diable est dans les détails mais surtout reste à voir les nouvelles orientations de la Justice. Car un délinquant en  flagrant délit arrêté par la police puis relâché par la justice …sape le moral de ceux qui sont confrontés à la force sombre de notre société.

Ginette Bléry