En vue


Guy Lefrand à Evreux : « la machine tourne à plein régime »

Dernière mise à jour 09/01/2018
Cérémonie des voeux de Guy Lefrand

En vue. Voilà près de 4 ans que les élus municipaux sont à l’œuvre, le moment est venu de commencer à présenter des résultats et de faire un pré-bilan. Alors à côté du rituel de congratulations réciproques qu’est le temps de vœux, c’est aussi le moment d’encourager les équipes et de les féliciter.

Guy Lefrand qui a décidé de réveiller Evreux rappelle l’intensité de sa politique d’investissements qui contribue à transformer la ville et l’agglomération Evreux Portes de Normandie : « 35 millions d’euros d’investissements (pour la ville). Un budget record, avec des investissements record, et un taux de réalisation important…: 2 millions d’euros de fonds de concours en soutien aux communes… En 2017, le contrat de territoire a été validé. 250 millions d’euros d’investissements pour Evreux Portes de Normandie. Personne n’aurait osé y penser il y a quelques années, et pourtant nous avons réussi. Nous avons gagné la confiance de nos partenaires, le Département de l’Eure et la Région Normandie regardent à nouveau vers Evreux. » Bref le carburant est là et il fait tourner la machine.

C’est aussi le moment choisi pour affirmer sa différence d’avec le pouvoir central qui demande des économies aux collectivités sans s’appliquer la même règle et Guy Lefrand note : « la fonction publique d’Etat a augmenté de 20 000 postes en 2016. A proportion égale, j’aimerais aussi créer autant de postes pour des services qui en ont bien besoin ! » Depuis 2014, c’est du « jamais vu ». On n’avait jamais vu l’Etat demander aux communes des milliards d’économie du jour au lendemain. On n’avait jamais vu l’Etat demander autant aux collectivités locales dans le domaine régalien. Alors il formule un vœu pour 2018 : que l’Etat laisse les collectivités locales libres faire leur boulot. « Chaque maire est un témoin quotidien de la recentralisation en cours dans notre pays » affirme le maire qui, toutefois,  il y a quelques jours n’hésitait pas à dire qu’il avait été entendu par le Gouvernement concernant sa « rébellion » du 4 octobre qui avait pris la forme d’une grève

Puisque les transformations dans l’organisation des équipes sont maintenant en place, les projets mis en actions les mots d’ordre de 2018 sont « stabilité » et « continuité ». Ce qui manque le plus au maire, président de l’agglomération, vice-président de la Région, médecin urgentiste qui continue à travailler 24 heures de suite à l’hôpital c’est manifestement la disponibilité. Alors il promet d’en dégager mais « 2.500 agents à rencontrer cela demande du temps ».