collectivités


Ceser 2017 : un cru renouvelé à plus de 50% …des choix surprenants et beaucoup de frustrations

Dernière mise à jour 11/01/2018

Collectivités. La Préfète de Normandie doit procéder à l’installation du nouveau Ceser le 11 janvier à Rouen, le Conseil économique, social, environnemental de la Région procèdera à l’élection de son président ce même jour. A notre connaissance en lice : Jean-Luc Léger, président sortant et Jacques Belin que nous présenterons dans un prochain article.

Suite à la régionalisation, les assemblées des Ceser de haute et basse Normandie ont d’abord fonctionné ensemble, soit un total de 156 membres. Le législateur a décidé une modeste réduction à 130. Les organismes concernés ont proposé leurs candidats et la Préfecture a fait son choix qui a été mis à la disposition des lecteurs de normandiexxl dès le 22 décembre (rubrique Archives).

Exercice d’équilibriste

Avec une composition renouvelée à plus de 50%, des contraintes de parité des sexes, des contraintes d’âge pour faire entrer des jeunes, la liste suscite bien des émois. Elle interroge aussi sur la fonction de cette assemblée. « Faut-il des experts ou des représentants de la société civile ? » lance Gérard Granier qui ne figure plus parmi les membres, il a trop d’activités pour continuer à assumer cette fonction. « L’essentiel c’est que la formation des jeunes à l’environnement soit représentée et elle l’est » analyse-t-il. D’autres trouvent que : « l’équilibre des collèges est moins bon qu’avant et que les représentants du monde associatif manquent de responsables économiques ». Surtout, il semble aux yeux des spécialistes que les évictions aient concerné largement la Basse-Normandie.

Un correspondant de Basse-Normandie nous fait remarquer que selon l’arrêté de la Préfète, le dossier est suivi à la Préfecture par Tristan Dantreuille qui a été Président de l’UNEF Le Havre, et a surtout  été membre actif des jeunes socialistes du Havre. Il a été considéré comme un élément de la fabiusie à la Préfecture de Rouen. De là à en déduire que : « les choix ont pour objectifs d’assurer la réélection de Jean-Luc Léger, militant PS et de favoriser la présence au CESER d’organismes proches du PS », il n’y a qu’un tout petit pas. Bien entendu les prochaines élections régionales sont déjà en ligne de mire.

Reste une question : Madame la Préfète a-t-elle signé l’arrêté en connaissance de cause ou a-t-elle été grugée par ses propres services ?

1er Collège très mouvementé

Cette assemblée qui concerne les représentants des entreprises et les activités professionnelles non salariées est considérablement renouvelée, elle  passe de 50 à 42 membres mais le changement concerne plus de la moitié des membres. Nous avons compté 29 sortants (21 hommes / 8 femmes), il ne rentre que 22 nouveaux membres (13 hommes, 9 femmes).

Quelques  « Ténors » dont le mandat n’a pas été renouvelé

Yves Kerouedan, candidat malheureux à la présidence de la CCI Seine Mer Normandie est remplacé par le vainqueur de l’élection Claude Guez, Vice-président de la CPME.

Christophe Laguerre chef d’entreprise, Président de l'agence de Développement économique de la métropole rouennaise, administrateur de l'union des industries chimiques de Normandie, administrateur de l'université de Rouen Normandie, était au Ceser pour le centre des jeunes dirigeants dont il n’est plus le président c’est Eléonore Mandel qui lui succède elle est responsable Formation et référente pour l'International au Centre des Jeunes Dirigeants (CJD) de Caen (depuis 2014). Valérie Tellier présidente de Val Fi et de la Cosmetic Valley reconnaît qu’elle n’a  guère eu de temps à consacrer au Ceser et constate que ce « fut une belle expérience humaine, mais incompatible avec la gestion d'entreprise. Pour elle cet organisme est : « beaucoup trop éloigné de certaines réalités et manque de la rapidité de réaction qu'il faut avoir dans le monde d'aujourd'hui. Je préfère agir sur le terrain où je me sens véritablement à ma place ». L’essentiel pour elle était que la Glass Valley continue à y être représentée et elle l’est.

Citons aussi : Sébastien Windsor Institut Régional de la qualité agroalimentaire, Patrick Percepied fondateur directeur d’Aurizon, ex président de la FFB de la région du Havre, Joseph Costard, Christian Hérail, Jacques Brifault…

Un transfuge : Jean-Pierre Blanchère  lui passe du 3e collège au 1er collège, il n’a pas changé de fonction mais le Pôle TES, considéré comme une association passe désormais au rang des Pôles d’activités regroupant les entreprises.

Antoine Lafarge : passage du 1er au 4e collège

Notons un autre faux sortant Antoine Lafarge, qui du 1er collège passe au 4e où sont regroupées quatre personnalités qualifiées. Né le 4 mars 1959 il est gérant de l'entreprise Lafarge Vauban qui a été créée en 2009. Très impliqué dans la vie économique normande, il met ses connaissances au service du CRITT T&L et de ses membres depuis plus de 10 ans. Dans le 4e collège il va retrouver Daniel Havis, PDG de la Mamut qui fait son entrée et qu’on ne présente plus et deux jeunes femmes : Emilie Ozouf fondatrice de Liesse, un projet coopératif et Aminthe Renouf, 29 ans, conseillère municipale d’Ifs, candidate malheureuse pour Les Républicains dans la 2e circonscription du Calvados (Caen 2) aux législatives de 2017.

2e collège relative stabilité syndicale

Le deuxième collège regroupe les représentations des organisations syndicales des salariés du privé et de la fonction publique, là encore le nombre passe de 50 à 42. Ce collège a beaucoup moins changé puisque 29 membres soit plus de la moitié ont été reconduits dans leur fonction. Le groupe des 12 de la CGT réduit de 4 personnes n’enregistre qu’un arrivant Guillaume Gravier, idem pour la CFDT par contre FO et les autres syndicats sont beaucoup plus mouvementés

3e collège : arrivée féminine en force

Le troisième collège rassemble les représentants des organismes et associations qui participent à la vie collective de la région ou agissent dans le domaine de la protection de l’environnement et du développement durable. Il passe lui aussi de 50 à 42 membres et est renouvelé à  50% : 22 membres sont reconduits, 20 nouveaux arrivent dont 14 femmes, comme on le voit les impératifs de la parité donnent la part belle aux femmes.

Parmi les personnalités non reconduites, Didier Pollin, Francis Saint Ellier qui représentait les entreprises publiques de Normandie s’est entendu dire qu’elles n’avaient pas à être représentées, il continuera néanmoins à s’occuper de l’association pour la LNPN, Gérard Granier va consacrer avec plaisir encore plus de temps à la revue Etudes Normandes, Alain Piquet, Laurent Laouenan. Pour ce dernier qui représentait le tourisme, activité qui passe de deux représentations à une seule. Il est heureux que Jacques Belin continue à assumer cette représentation et soutient sa candidature à la présidence du Ceser. Et d’ajouter : «  je regrette pour ma part que les nombreux rapports, de qualité, produits chaque année ne fassent jamais l’objet d’une revoyure à N +1, N+2, N+3 pour s’assurer que les préconisations judicieuses portées sur un sujet quel qu’il soit, à un moment donné, soient réexaminées pour savoir si elles ont été suivies ou non et dans la négative, en connaître les raisons. La mesure des effets est à mon avis l’exigence minimale que nous devrions avoir collectivement vis-à-vis de l’argent public investi dans cette collectivité régionale. Evaluer, c’est donner de la valeur ».

Ginette Bléry