economie


Le recul du chômage se poursuit en Normandie

Dernière mise à jour 28/12/2017
Sur un an, dans les deux catégories, la Normandie a de meilleures performances que la France
Depuis septembre 2017 le chômage n'est pas remonté en Normandie, même si avec -20 la baisse fut symbolique en octobre

Economie. 1.400 chômeurs de moins sur un mois- Jeu de vases communicants entre chômage et travail précaire. Depuis septembre 2017, le nombre de sans emploi inscrit à Pôle Emploi en Normandie est resté en recul (cf. graphique) et, sur un mois, 1.400 personnes sortent des listes. Un recul de 0,8%, exactement le même que celui de la France métropolitaine. Sur un an, la Normandie fait mieux puisque la baisse est de 0,7% concernant 1.230 chômeurs alors que pour la France, elle n’est que de 0,1%.

Si on prend comme référence mai 2016, début du quinquennat Macron, on est à 6.000 chômeurs de moins mais on est encore à 20.513 de plus qu’au début du quinquennat Hollande. Il reste 169.340 chômeurs de catégorie A en Normandie.

 Pour la France, le nombre de personnes inscrites en catégorie A, c’est-à-dire sans avoir exercé d’activité, a baissé de 29.500 en novembre en France métropolitaine (-0,8%) et la métropole totalise 3,45 millions de chômeurs.

Travail précaire : baisse sur un mois, hausse sur un an

Dans le secteur du travail précaire (catégorie A, B, C,) la tendance est moins flatteuse, sans doute le nombre de Normands concernés baisse-t-il d’un mois sur l’autre se situant à 291.250. Les chiffres affichent un recul de 0,2% qui concerne 490 personnes sur un mois. (cf. tableau)

Sur un an le nombre d’inscrits progresse de 2,3% soit 6.410 personnes.

Petite consolation la Normandie continue à faire un peu mieux que la France métropolitaine comme le montrent les chiffres.

Notons que sur un trimestre, le chiffre de cette catégorie A, B, C, affiche aussi une baisse (-0,6%).

Le trimestre à partir de 2018 sera le point de référence des statistiques car il gomme les variations erratiques.

Tout se passe comme si un certain pourcentage de ceux qui quittent le statut de totalement sans emploi, passait dans celle des travailleurs précaires.

L’illusion de la formation

Avec 15.120 personnes, la catégorie D qui rassemble celles qui ne sont pas tenues de chercher un emploi et sont le plus souvent en formation, elle atteint son niveau le plus bas depuis décembre 2015. L’ascension de la courbe en 2016 et début 2017 a correspondu au plan 500.000 formations supplémentaires de François Hollande. Elle a atteint 19.160 Normands en décembre 2016. Cette opération coup de poing s’est traduite pour notre Région par un recul impressionnant de 4,2% du chômage catégorie A, à cette date. Tendance qui ne s’est pas continuée dans le temps. Comme le montre une étude de la Dares (la direction statistique du ministère) si au global le millésime 2016 s’est traduit par une très forte hausse des sorties de la catégorie A c’est sous l’effet du plan 500.000 formations supplémentaires, dont le bilan, tel qu’il apparaît aujourd’hui, montre qu’il n’a pas donné un coup de fouet à l’emploi des chômeurs qui en ont bénéficié.