collectivités


La Seine-Maritime renouvelle sa subvention au Dieppe – Newhaven

Dernière mise à jour 21/12/2017

Collectivités. Le Syndicat Mixte de Promotion de l’Activité Transmanche (SMPAT), dont le Département de la Seine-Maritime est le principal financeur, a attribué le 29 novembre 2017 la nouvelle délégation de service public (DSP), pour l’exploitation de la liaison maritime Dieppe-Newhaven, à DFDS Seaways. Compagnie danoise qui desservait déjà cette ligne et qui était l’unique candidate. Le nouveau contrat prendra effet au 1er janvier 2018 pour une durée de 5 ans (jusqu’au 31 décembre 2022).

Il s’agit vraiment d’un choix politique de soutien d’une activité non rentable mais qui est jugée vitale pour Dieppe et le tourisme. La subvention pour assurer le fonctionnement de cette ligne se monte à 26 millions d’euros et est essentiellement réglée par le Département de Seine-Maritime puisque la contribution de la ville de Dieppe, première bénéficiaire de cette ligne, se limite à 150.000 euros avec l’aide de la CCI, comme cela fut annoncé le 24 novembre.

Fréquentation et  rentrées insuffisantes

Les 1.690 traversées par an annoncées dans le programme pour un potentiel  de 1.200 personnes (le Seven Sisters et le Côte d’Albâtre peuvent accueillir 600 passagers chacun) si elles se faisaient à plein concerneraient 2.028.000 personnes. A fin novembre 2017, le port de Dieppe annonce 356.394 passagers (contre 375.663 en 2016) le taux de remplissage n’atteint même pas le quart du potentiel.La subvention est de l'ordre de 73 euros par passager.

Selon la CCI Rouen Métropole (section Dieppe) et la ville de Dieppe, l’activité de la ligne génère  200 millions d’euros de retombées financières et fiscales et 2.500 emplois directs, indirects et induits. Le Syndicat mixte du port de Dieppe (SMPD) reçoit lui 4,5 millions de recettes portuaires. Des chiffres trompeurs qui donnent une illusion d’intense activité alors que le transport passagers fonctionne en sous régime et doit vivre sous perfusion.

Ginette Bléry