tourisme & culture


L’ancrage touristique normand des stations de tourisme

Dernière mise à jour 06/12/2017
Barneville Carteret, la côte des isles

Tourisme. La Normandie est une terre de tourisme, mais elle ne le sait pas assez. Ses paysages la mer et la lumière du ciel normand forcent le plaisir des touristes. Ce qui incite les villes normandes à se donner à l’exercice rigoureux et sélectif de labellisation pour l’accueil des touristes. En cette fin d’année Barneville-Carteret, Fécamp et Le Havre forment le tiercé gagnant de l’ancrage touristique normand en décrochant le label recherché et renommé de « station de tourisme ».

15 villes normandes classées comme station de tourisme

 Les décrets de classement de Barneville-Carteret (50), de Fécamp (76) et du Havre (76) ont été publiés au J.O. du 28 novembre 2017. Deux niveaux labellisent la qualité de l’accueil touristique. Le premier, celui de commune touristique, est délivré par un arrêté préfectoral pour une durée de cinq ans. 1 200 communes bénéficient de ce label octroyé à l’appui d’un programme d’animations touristiques et d’une capacité d’hébergement suffisante. Le second, celui de la station de tourisme ajoute aux critères précédents une offre touristique plus élaborée et une excellence dans l’accueil. Le classement délivré par décret pour une durée de douze ans exige de satisfaire avec constance dans le temps à une cinquantaine de critères très sélectifs, relatifs à la diversité des hébergements, à la qualité des animations, à la commodité des transports, à la facilité des accès et à la qualité environnementale. Ce deuxième critère est attribué en très petit nombre. Deux cents en bénéficient. Avec ces tris classements, la Normandie en compte quinze (voir ci-dessous).

Des contraintes et des avantages

Les contraintes sont la régularité dans la qualité dans chacun des cinquante critères imposés. Ceux-ci font l’objet d’un suivi attentif des autorités préfectorales. En contrepartie, ce statut apporte des avantages à la commune. Des dotations financières de l’Etat pour compenser les dépenses supplémentaires indispensables pour assurer un service touristique de qualité. D’autres sont plus anecdotiques : à compter de la date de publication du décret de classement au J.O., le Conseil municipal peut prendre une délibération de majoration des indemnités du maire, des adjoints et des conseillers municipaux. La commune peut également être surclassée dans une catégorie démographique supérieure sur décision du préfet de département, ce qui autorise la commune à ouvrir des emplois fonctionnels supplémentaires.

Des classements bienvenus pour nos lauréats normands

Pour Barneville-Carteret, c’est le renforcement de son port tourné vers les îles Anglo-normandes. A Fécamp le dynamisme municipal de son maire Marie-Agnès Poussier-Winsbach, qui est aussi la Vice-présidente de la Normandie en charge du tourisme et de l’attractivité, trouve une juste récompense au moment où elle assure l’ouverture du musée, tant attendu, des Pêcheries qui consacre «Fécamp, port de mer, qui entend le rester et le restera », célébré par la général de Gaulle lors de sa venue en 1960. Le Havre se signale par son inscription convoitée au Patrimoine mondial de l’UNESCO, par la mise en valeur de l’architecture d’Auguste Perret, par l’augmentation de fréquentation du musée André Malraux et dernièrement par les grandioses festivités des 500 ans de la création du Havre et l’engouement de la Transat Jacques Vabre.

Le tourisme normand, une richesse à portée de main, qu’il convient de hausser à son juste niveau

C’est ce que souligne l’INSEE Normandie qui relève que « les touristes ont dépensé 5,4 milliards d’euros en Normandie. Avec 3.4% de la consommation touristique nationale, une part inférieure à son poids économique, la Normandie se place en 10e position. Cette consommation touristique représente l’équivalent de 6% du PIB normand contre 7,4% au niveau national». Cette situation se répercute sur l’emploi « En Normandie, la fréquentation touristique a généré 38 000 emplois touristiques en moyenne annuelle, soit 3,8% du total des emplois touristiques en France métropolitaine. Cette contribution positionne la Normandie au 10e rang des 13 régions métropolitaines ». Le Calvados tire son épingle du jeu et « figure parmi les vingt départements métropolitains où l’empreinte du tourisme dans l’emploi est le plus affirmé (5,5%)….L’économie du tourisme apporte 2.2% de la richesse dégagée en Normandie…Cette part se situe en deçà de son niveau métropolitain ».

Les efforts des trois lauréats normands donnent le signe aux villes normandes de se prendre par la main et d’engager cette politique touristique indispensable à l’attractivité et au développement de la Normandie.

Paul F. Astolfi

 

Les communes normandes classées comme stations de tourisme

Dans le Calvados (14): Deauville, Houlgate, Villers-sur-Mer, Cabourg, Trouville-sur-Mer, Saint-Aubin-sur-Mer, Ouistreham, Blonville-sur-Mer, Bayeux, Merville-Franceville, Luc-sur-Mer.

Dans la Manche (50) : Barneville-Carteret.

Dans la Seine-Maritime (76) Forges-les-Eaux. Fécamp, Le Havre.

La signature du décret de classement, d’une durée de validité de douze ans, appartient au Premier ministre. Cette signature engage l’Etat et confirme l’importance qu’il accorde à cette procédure de classement, gage de qualité et d’excellences touristiques.