collectivités


Les départements normands affirment leurs prérogatives

Dernière mise à jour 04/12/2017
Pascal Lehongre (Eure), Jean-Léonce Dupont (Calvados), Christophe de Balorre (Orne), Pascal Martin (Seine-Maritime), et Marc Lefèvre (Manche).

Collectivités. Le traditionnel G5 qui rassemble les présidents des départements normands a très largement changé de visages en un an mais n’a rien perdu de sa combativité. Le G5 des départements continue à affirmer sa singularité face au G6 auquel participe aussi la Région. Il s’est déroulé lundi 4 décembre à Alençon.

Dans le Calvados, nous retrouvons Jean Léonce Dupont qui a choisi le Département dont il est un ardent défenseur plutôt que le Sénat. Dans l’Eure, Pascal Lehongre a succédé à Sébastien Lecornu qui a rejoint le Gouvernement, dans la Manche Marc Lefèvre remplace Philippe Bas qui, lui, a préféré sa fonction de sénateur. Dans l’Orne Christophe de Balorre a succédé à Alain Lambert pour raison de santé et, en Seine-Maritime, Pascal Martin est resté fidèle au poste.

En préambule l’équipe rappelle le poids des départements dans la gestion locale : « près de 4 milliards d’euros pour réduire les inégalités sociales, organiser les solidarités, développer leur territoire et porter les initiatives afin de répondre aux enjeux de notre société. » Pour eux dans une France en pleine réforme, la collectivité départementale incarne la stabilité des institutions et demeure pour les Normands un point de référence pour tous.

Campagne publicitaire

Pour affirmer cette proximité, pour faire comprendre leur action, le G5 a lancé un projet de publicité sur le thème « Les Départements normands agissent pour vous, la preuve par 5’’, elle sera visible dans les abribus ainsi que dans les supports de communication des Départements et médias locaux.

Elle décline les multiples terrains d’intervention des Départements dans la vie des citoyens qu’elle accompagne du berceau à la tombe.

Lutte contre la désertification médicale

Depuis près de 25 ans, chaque département constate la baisse inexorable de médecins non remplacés à la ville comme à la campagne. La Normandie est la 3e  région métropolitaine la plus défavorisée en termes d’offre de soins. Même si c’est à l’Etat de relever ce défi, les départements entendent mettre sur pied une mobilisation coordonnée de tous les acteurs et plus spécialement de l’ARS (Agence Régionale de Santé), de l’URML (Union Régionale des Médecins Libéraux de Normandie), des Conseils de l’Ordre, des Conseils départementaux et de la Région.” Dans une lettre adressée à l’ARS, les cinq Présidents réclament  ‘‘de mettre en place sous l’égide de l’ARS et des Universités des groupes de travail opérationnels associant les Départements permettant, après avoir partagé les diagnostics départementaux, de bâtir et mettre en œuvre un plan démographique adapté aux spécificités de nos territoires.”

Logement : une alerte au Premier Ministre

Les réformes en cours et notamment celle des APL pourrait mettre en difficulté les bailleurs sociaux, c’est tout au moins ce que disent ces derniers et manifestement ils ont eu l’oreille des présidents du G5.

Les départements sont très impliqués dans la production et la rénovation des logements sociaux. Au 31 décembre 2017, l’encours de cette dette, garantie par les 5 départements normands au bénéfice des bailleurs, excèdera 2,5 milliards d’euros.

Le G5 a donc choisi d’écrire à Édouard Philippe, afin de participer à la recherche d’un nouveau pacte autour de cinq axes prioritaires :

•             La rationalisation du paysage des bailleurs en Normandie, en rappelant la prééminence de l’échelle départementale,

•             La préservation d’une capacité des bailleurs à investir grâce à une capitalisation adéquate des structures,

•             La concentration des efforts de construction dans les zones tendues, et une priorité à la réhabilitation et à la restructuration en dehors de ces zones,

•             L’orientation prioritaire de la capacité d’investissement vers l’adaptation des logements au bénéfice des personnes âgées et des personnes en situation de handicap, publics prioritaires dans les départements,

•             et dernier point, l’allègement des contraintes normatives qui ralentissent les projets et en renchérissent le coût.

1.100 mineurs migrants en Normandie

Nous avons déjà souvent évoqué ce grave problème qu’ont à gérer les Départements avec l’accueil des mineurs non accompagnés, autrement dit les jeunes migrants.

Au nombre de 1.100 ils saturent les dispositifs d’accueil existants et soumettent les professionnels concernés à de fortes tensions. La question de l’évaluation de la minorité de ces jeunes est régulièrement posée. Qui de l’État et ou du Département, doit prendre en charge le contrôle de l’âge des mineurs ? Les Présidents des 5 Départements demandent que l’État, au travers de ses compétences régaliennes (Justice, police), prenne en charge ce contrôle, soit directement, soit en déléguant l’organisation aux Départements volontaires.

Paris-Granville : pomme de discorde

Pour le G5 la liaison ferroviaire est essentielle pour nos territoires et pourtant, il s’est écrit qu’elle pourrait être supprimée ou transformée avec un circuit différent ou des liaisons autocar. Rappelons que cette ligne dessert actuellement 4 départements, ce qui en fait une ligne d’intérêt régional certain, la seule du sud-Normandie.

Les Départements normands attendent de la Région un engagement ferme sur le maintien de la ligne, de ses arrêts et des fréquences. Et par conséquent, une prise en charge du déficit actuel et à venir, probablement, compte tenu de la création d’une liaison Caen-Rennes par Granville.

La ligne actuelle est essentielle pour l’attractivité du sud de la Normandie et elle ne doit pas être oubliée. Un message fort de la Région à l’attention de la population doit être donné, et pas par des liaisons autocar qui ne fournissent ni le même service, ni le même confort.

Tout au contraire, cette ligne doit être modernisée avec de nouveaux matériels roulants et l’accès wifi par exemple. C’est à ce prix que les efforts récemment entrepris par la Région, mais qui restent à confirmer, seront gagnants.