economie


Campagne céréalière 2017/2018 : progression mais concurrence

Dernière mise à jour 24/11/2017
Stéphane Ménard Président Bourse de commerce (à gauche) et Eric Eskinazi DGA UPR

Economie. La place portuaire rouennaise se remet progressivement de l’historiquement détestable campagne céréalière 2016/2017. A fin octobre, avons-nous appris en marge de ce Propeller Club, que les chargements de céréales aux terminaux rouennais dépassaient en effet 1,6 million de tonnes sur les 4 premiers mois de la campagne 2017/2018 : une progression de 63% par rapport à l'an dernier où les mois de septembre et d'octobre avaient fait partie des mois les plus faibles de la campagne.

Cependant, bien que ces chiffres soient en progression et que la France dispose de blé de qualité, en quantité importante, la situation n'est pas facile pour les céréales françaises. Elles ont beaucoup de mal à se placer sur le marché international en raison des très fortes disponibilités de la Russie, voire de l’Ukraine.  L'essentiel des exports au départ de Rouen (l’un des ports s'en sortant le mieux pour le moment) est cette année constitué de blé à destination de l'Algérie. On enregistre aussi quelques chargements d'orge sur l'Arabie Saoudite ou le Maghreb.

Les autres destinations (Afrique de l'Ouest, Moyen Orient, Asie) sont prises par les pays de la Mer Noire, par l'Argentine ou l'Amérique du Nord.

Note d'espoir : on peut espérer que la France arrivera à placer ses céréales sur le marché en 2ème partie de campagne. Car à bientôt mi-campagne, la qualité est bonne, les volumes sont au rendez-vous et les prix français se rapprochent des prix Mer Noire.

F. Henriot