economie


« Nous savons ce qu’est un grain de blé… » Rouen accueillera en octobre 2018 la Bourse européenne des céréales

Dernière mise à jour 24/11/2017
Entourant Georges Vincent : Stéphane Ménard (à gauche) et Eric Eskinazi

Economie. 23 années après une première, Rouen accueillera en 2018,  pour la seconde fois donc, l’édition du grand rendez-vous continental annuel du commerce des céréales, la Bourse de commerce européenne, ou European Commodities Exchange. 

Le 23 novembre au Propeller Club de Rouen, cette 58ème édition de la Bourse a été présentée par le tandem ayant mené l’action permettant à la place rouennaise d’aboutir : Stéphane Ménard, président de la Bourse de commerce de Rouen, et Eric Eskinazi, directeur adjoint de l’Union Portuaire Rouennaise.

Les campagnes céréalières se suivent et ne se ressemblent pas toujours, passant d’un record rouennais de 9 millions de tonnes d’exportations portuaires à seulement 4,4 mt pour la très mauvaise dernière campagne, rappelle Georges Vincent, le président du Propeller Club : « D’où l’importance, pour Rouen, d’avoir obtenu l’organisation de cette édition 2018 d’un événement majeur… »

2.500 participants, 8.000 m2 de stands

La Bourse de commerce européenne est l’association constituée par les grandes nations céréalières d’Europe occidentale, centrale et orientale. Et ses dernières journées annuelles à Rouen s’étaient déroulées en 1995. Pour la Bourse de commerce de Rouen, déclinaison régionale qui rassemble quelque 60 entreprises (coopératives, négociants, semenciers, silos, consignataires) l’objectif est de « faire reconnaître la place portuaire de Rouen au sein de l’Europe, résume Stéphane Ménard. Notre équipe a mis quatre ans pour réussir, et la 58ème Bourse de commerce européenne se déroulera donc les jeudi 25 et vendredi 26 octobre 2018 au Parc des Expositions de Rouen/Grand-Quevilly. Notre objectif est d’y accueillir au minimum 2.500 participants, dont environ 450 français, sur 8.000 m² de surface de stands. Or à l’heure actuelle, 6.542 m² sont déjà vendus, et des sponsors premium sont déjà au rendez-vous : Sénalia, Soufflet, Haropa, In Vivo... Nous établissons également un partenariat avec l’Institut National de la Boulangerie Pâtisserie à Rouen, un symbole de notre savoir-faire. »

Mise en valeur du Port et de la région

Stéphane Ménard et Eric Eskinazi ont évidemment opéré, avec l’UPR et Haropa, un fort lobbying en direction de la trentaine de bourses céréalières d’Europe, car Rouen se trouvait en concurrence avec des villes capitales (Copenhague) et de grandes cités dynamiques et « glamour » (Munich, Barcelone).  S. Ménard ne cache pas son réalisme : « Il y aura un jour, bientôt peut-être, des cotations de céréales à Moscou. Les pays de l’Est ont désormais des silos et opérateurs de qualité, leur concurrence est durable. Nous, nous devons encore élever le niveau de notre qualité, rechercher des niches, également, et aller chercher de nouveaux marchés. Mais la Bourse européenne va nous permettre de mettre plus en valeur notre Port de Rouen, notre région et nos opérateurs. » Ainsi Rouen succèdera-t-elle à Turin et Bruxelles, et précédera Vienne et Berlin.

Question de Patrick Bret (Grand Port Maritime de Rouen) : « Comment, justement, avez-vous vendu Rouen ? » S. Ménard : « Nous n’avons pas simplement décrit une destination touristique ! Nous avons mis en avant notre réalité portuaire, avec ses business men, et tous les gens qui, ici, travaillent le grain. C’est tout ce mode opérationnel que nous avons promu. » Eric Eskinazi prend le relais en conclusion : « A Rouen, nous savons ce qu’est un grain de blé. Nous ne voyons pas simplement passer en moyenne 7 millions de tonnes par an… »

François Henriot

 + Dans un tout autre domaine, la place portuaire rouennaise perpétuera bien une tradition en 2018, avec l’organisation en juin des Rencontres sportives des marins, dont ce sera la 40ème édition, grâce à l’Association Sportive Maritime et Portuaire et ses partenaires.