En vue


Hervé Morin élu président de l'association Régions de France

Dernière mise à jour 22/11/2017
Hervé Morin

En vue. Ce n’est pas vraiment une surprise depuis que Philippe Richert ancien président de la région Alsace-Lorraine Franche-Comté en septembre 2017 a renoncé à son mandat, le poste de président des Régions de France était vacant et Hervé Morin paraissait bien placé pour la succession.

Les 18 membres de cette association l’ont élu aujourd’hui (12 régions métropolitaines, la collectivité territoriale de Corse, et 5 collectivités d'outre-mer). C’est un poste qui pour de nombreuses négociations placera face à face le président Macron représentant la République et Hervé Morin représentant les territoires qu’il compte bien défendre avec la fougue qu’on lui connaît. Nul doute que les rencontres entre l’énarque, technophile et jacobin (quoiqu’il en dise) et le « paysan » pragmatique et girondin, seront animées. Ce sont deux visions du monde mais au-delà de l’affrontement  on peut espérer une fertilisation des esprits, propice à la France.

Dans une interview au magazine Le Point le président de la Région Normandie donne les grandes lignes de ses ambitions :

Il souhaite convaincre le Président Macron que : les régions ont un rôle-clé dans le redressement du pays ». Après avoir réussi à faire vivre ensemble une Haute et une Basse Normandie par toujours heureuses de la réunification, il va devoir faire dialoguer toutes les Régions. Son objectif ? « Tout d'abord, je veillerai à préserver la cohésion et l'unité des 18 présidents afin de bâtir un « pack » des régions fort et puissant. »

Pour lui comme il l’a souvent démontré et expliqué « le redressement du pays passe aussi par les territoires » parce que ce sont eux qui ont l’agilité et peuvent mettre rapidement leurs décisions en action alors que l’Etat reste phagocyté par les lourdeurs de ses structures.

Il ajoute à ses ambitions  la volonté de : « faire comprendre au Gouvernement qu'il fait fausse route sur l'apprentissage en voulant le confier aux branches professionnelles ». Il veut aussi proposer par à l'État que les Régions aient la compétence exclusive sur la formation des demandeurs d’emploi. Pour ce qui concerne la formation rappelons que David Margueritte, vice-président de la Région pour la formation est aussi président de la Commission emploi – formation – apprentissage pour l’association des Régions de France(ARF) depuis octobre 2010, il bagarre ferme sur ce point comme nous l’avons déjà expliqué.

Un de principaux combats du président des Régions de France sera d’obtenir les budgets de l’Etat (ceux de l’Europe aussi) et d’éviter que les dotations ne continuent à se réduire alors qu’on demande toujours plus aux Régions.

« Nous faisons des efforts de gestion quotidiennement quand l'État ne cesse de charger la mule, par des normes supplémentaires, par des compétences transférées sans moyens nouveaux ou encore en prenant des décisions sur la fonction publique, alors que nous ne disposons pas de la souplesse juridique nécessaire pour  nous adapter ».

Avec cette élection, la Normandie gagne encore en notoriété et en attractivité et on ne peut que s’en réjouir.

Ginette Bléry