economie


5,4 milliards d’euros de consommation touristique en Normandie…on peut mieux faire

Dernière mise à jour 09/11/2017

Economie. 2014, c’était un autre monde, c’était un temps où la grande Normandie n’existait pas, sauf pour le tourisme et ce sont précisément les chiffres de cette année là que l’Insee vient de publier. Trois ans sont nécessaires pour compiler les données. Cela semble bien lent mais en vérité en économie les révolutions se font à petits pas.

L’année 2014 fut une belle année, avec le 70e anniversaire du Débarquement, avec les Jeux équestres mondiaux et les touristes ont dépensé 5,4 milliards d’euros en Normandie. Hors hébergement touristique non marchand, la dépense touristique régionale a connu une croissance plus soutenue que dans la moyenne des régions de province entre 2011 et 2014. Côté progression, la Normandie se situe à 4e place, à égalité avec les Pays de la Loire. C’est le point le plus positif de l’étude car sur les autres aspects, la Normandie peine à tenir son rang par rapport aux autres régions.

Manque d’attractivité

La Normandie représente 5,5% de la surface du territoire métropolitain et 5,2% de la population, ce qui la place au 6e rang parmi les 13 nouvelles régions mais elle n’arrive qu’en 10e position pour le tourisme puisque sa consommation touristique ne représente que 3,4% de la part nationale.

En France le tourisme compte en moyenne pour 7,4% du PIB mais il ne représente que 6% du PIB normand !

Toutefois pour se consoler il faut se dire que l’économie touristique normande se situe dans la moyenne des pays du nord de la France…la Bretagne, toutefois réussit à faire mieux que nous et sa consommation touristique se situe dans la même fourchette que celle des pays du sud. Preuve que la météo n’est pas déterminante.

Le Calvados en tête pour l’emploi

La fréquentation touristique a généré 38 000 emplois touristiques en Normandie en 2014, en moyenne annuelle, soit 3,1 % de l’emploi régional total, plaçant la région au 8e rang national. L’hébergement, les cafés, les restaurants et le secteur du sport et des loisirs concentrent les deux tiers des emplois touristiques normands. Ces activités sont plus implantées sur le littoral. À l’inverse, les activités touristiques liées au commerce, au patrimoine et à la culture sont plus présentes dans l’intérieur des terres.

Avec 14 800 emplois, le Calvados concentre deux emplois touristiques normands sur cinq, il se situe dans les 20 premiers départements pour l’empreinte du tourisme dans l’emploi. La Seine-Maritime se positionne néanmoins derrière le Calvados pour le nombre d’emplois touristiques (10 700). L’Eure en rassemble 4 000 et l’Orne 2 200.

Entre 2011 et 2014, l’emploi touristique a légèrement reculé en Normandie (-0,9% soit 330 emplois perdus), à l’inverse de la progression métropolitaine (+2,1%). Selon l’Insee cette contraction de l’emploi touristique s’inscrit dans un contexte économique d’ensemble moins favorable en Normandie. Au cours de cette période, l’emploi salarié normand a régressé de 1,4 %, contre une stabilité à l’échelle métropolitaine. On peut espérer que le vent a tourné.

Manque de valeur ajoutée

Les activités touristiques apportent 2,2 % de la richesse dégagée régionale, moins qu’au niveau métropolitain (2,8%). Comme pour l’emploi, cette part place la Normandie au 8e rang des régions métropolitaines. À la différence de nombreuses activités économiques, en particulier industrielles, le tourisme mobilise d’abord des facteurs de production humains.

La part du tourisme dans l’emploi est donc sensiblement supérieure à sa part dans la richesse générée au plan régional. De manière générale, le tourisme contribue moins à la richesse totale qu’à l’emploi total.

La zone de Bagnoles-de-l’Orne fait exception car les activités de soins sont fortement créatrices de valeur ajoutée. En effet, les activités touristiques mobilisent un tissu productif composé de structures en moyenne plus petites que dans d’autres secteurs tels l’industrie. Moins capitalistiques, celles-ci génèrent moins de richesse à nombre d’emplois égal.

À l’instar de la France métropolitaine, l’hébergement génère 33 % de la richesse dégagée touristique totale en Normandie, le sport et les loisirs 12 %, le commerce de détail alimentaire 2 % et les soins 1%.

Pour accéder à la totalité de l’étude avec cartes et tableaux détaillés par localité cliquez ici ou rendez vous sur le site dans la rubrique « Archives »