economie


L’hydrolien s’enracine en Normandie

Dernière mise à jour 08/11/2017
Hydrolienne Open Hydro de Naval Group

Economie. Les hydroliennes, ces nouvelles turbines destinées à fournir de l’électricité à partir de courants marins sont une des pistes du développement des énergies renouvelables. Si elles paraissent en bonne voie pour se développer en Normandie grâce aux courants du raz Blanchard au large de Cherbourg, l’expérience vient d’être arrêtée en Bretagne.

Naval Group et EDF ont annoncé qu’ils abandonnent le projet d’installation de deux hydroliennes au large de l’île de Bréhat en Bretagne. Les matériels conçus par Open hydro n’ont pas donné les résultats attendus. Les deux turbines mises en place n’ont jamais fourni d’électricité, elles ont été sorties de l’eau et renvoyées à Cherbourg.

Les travaux d’Open hydro avancent

En Normandie, les travaux du bâtiment d’Open Hydro destinés à la construction des hydroliennes sur les terre-pleins du Port de Cherbourg aménagés par PNA, continuent à avancer. Il s’agit d’un vaste ensemble de 5.000 m² où seront assemblées 12 hydroliennes et le retour d’expérience des deux premières turbines de l’île de Bréhat est essentiel.

Les hydroliennes fabriquées iront pour 2 d’entre elles au projet canadien de la baie de Fundy et 7 iront au projet Normandie Hydro pour le raz Blanchard ce qui représente un budget de 112 millions d’euros sur 20 ans. Sur ce projet seul EDF reste en lice, Engie ayant renoncé.

Recrutements en vue

Le bâtiment d’Open Hydro devrait être livré en février 2018, la sélection des fournisseurs est en cours et la première mise à l’eau d’une hydrolienne au raz Blanchard est prévue pour le 2e semestre 2019. Il faut maintenant passer à la phase recrutement 30 à 40  personnes sont recherchées pour l’usinage, l’assemblage, le montage ainsi que des spécialistes de la qualité.