economie


Crédit Agricole Normandie Seine « l’agriculture doit retrouver son attractivité »

Dernière mise à jour 02/10/2017
Pascal Lheureux et Nicolas Denis

Economie. En agriculture les années se suivent et ne se ressemblent pas, l’an passé à cette saison on ne parlait que de la chute des rendements, cette année c’est la pléthore avec une récolte de blé supérieure en moyenne de 34% à celle de 2016. Ce n’est pas pour autant l’euphorie, tout au contraire, l’abondance entraîne la chute des prix et ils sont environ 20% inférieurs à moyenne des dix dernières années (-30 euros). La force de l’agriculture normande réside dans sa polyvalence, avec une diversité des cultures, un mixte culture et élevage, auxquels s’ajoutent les pommiers, eux aussi mal en point cette année. La Normandie fait partie des 3 premières régions agricoles de France, la culture du lin est une de ses originalités mais la pomme de terre a fait un beau retour, malheureusement l’appareil industriel ne suite pas et sur notre territoire, seul Lunor traite ce produit.

La ferme haut-normande représente une surface agricole utile de 807.680 ha dont 2/3 sont consacrées aux cultures de ventes et 1/3 aux cultures fourragère. Le chiffre d’affaires s’est élevé en 2016 à 1,3 milliard d’euros.

Une aide significative à l’agriculture en 2016

Il y a toujours deux régions normandes pour le Crédit Agricole et celui de Seine Normandie qui couvre l’Eure et la Seine-Maritime, a instauré le rituel d’un point sur l’activité du secteur à la saison des semailles.

Pascal Lheureux le président et Nicolas Denis, le directeur général viennent au rapport.

La banque verte reste profondément enracinée sur ce secteur où elle est présente auprès 8 exploitants agricoles sur 10 et même dans un contexte de crise sa part a progressé.

Une telle position crée une responsabilité et l’ensemble des dispositifs mis en place l’an passé pour soutenir une profession en plein désarroi, s’est traduite pas une baisse de 3 millions d’euros de ses bénéfices en 2016 alors qu’elle l’avait estimée à 2,5 millions d’euros.

Les mesures prises sont loin d’être anecdotiques, les prêts à court et moyen terme destinés à faciliter le financement de la campagne 2017/2018 et à consolider les échéances bancaires et les dettes fournisseurs, avoisinent un montant total de 100 millions d’euros. C’est près de 35 millions d’euros de plus que sur la période précédente ce qui démontre à quel point les mesures exceptionnelles ont été utiles aux clients.

Soutien a l’économie agricole

La période était si effroyable l’an passé que le gouvernement avait pris aussi des mesures et l’opération « report d’échéances » a porté sur 1.800 prêts qui ont représenté l’effort de 3 millions d’euros pour le CA-NS

C’est une démarche pour suivre le client au plus près qui est déployée pour soutenir les agriculteurs non seulement dans leurs aides à l’investissement mais aussi dans les assurances, dans une première approche d’une garantie des revenus. Si les conseillers en 2016 ont assuré 16.911 contacts la méthode va se développer encore puisque de nouveaux conseillers vont être recrutés.

CA –NS prévoit d’aller encore plus loin dans l’accompagnement grâce au renforcement de son expertise et complète la gamme des aides existantes sur les métiers de la banque et de l’assurance :

  • Agil’Appro une solution de prêt court terme dématérialisée en partenariat avec neuf organismes stockeurs
  • Le Prêt Express Pro-Agri qui permet aux clients professionnels et agriculteurs de souscrire un crédit en ligne, via leur espace banque en ligne 7j/7j et 24h/24h.
  • L’installation by CA une formule co-construite avec les Jeunes Agriculteurs proposant à la fois un prêt court terme d’avance de 80% de la dotation Jeunes Agriculteurs, un prêt moyen terme extrêmement souple, modulable, prolongeable sur 5 ans et un volet assurance pour protéger l’activité dans le lancement
  • L’assurance chiffre d’affaires : actuellement testée en pilote, ce produit d’assurance ambitionne de protéger les agriculteurs des risques de marché

Cesser de broyer du noir

« La succession des crises agricoles, les combats pour des prix plus rémunérateurs ont contribué à enlever toute attractivité à cette profession, si bien que les seuls qui reprennent le flambeau sont les enfants d’agriculteurs » notent nos interlocuteurs. Si la relève des jeunes agriculteurs (JA) est bien formée elle n’est guère abondante et un peu de sang neuf serait le bienvenu. Toute une agriculture de précision se développe, le recours aux techniques modernes est en plein essor, les robots sont déjà là, les drones surveille les cultures et les bêtes et la ferme est devenue une véritable entreprise. Alors il serait bon que les jeunes des autres univers professionnels pensent qu’il y a là du travail et le moyen de faire une carrière riche, ouverte et indépendante. Pour favoriser l’innovation CA-NS distribue des tablettes à ses clients, elles permettent aussi bien de gérer ses comptes à distance que de réaliser rapidement un diagnostic de panne sur un tracteur ou de ses tenir informé des cours des céréales grâce à un panel d’applications mobiles disponibles pour les agriculteurs.