collectivités


L'économie Normande sur de bons rails ?

Dernière mise à jour 29/09/2017
La chute des procédures collectives en Normandie est plus du double que celle de la moyenne nationale

Collectivités. Comme le montre la carte établie par la Banque Themis qui compare la variation des procédures collectives entre le 1er et le 2e trimestre 2017, la Normandie est dans le trio de tête pour la baisse des licenciements liés aux difficultés des entreprises. Une chute de près de 54% ce n’est pas rien et seules les régions Bourgogne / Franche Comté et Centre / Val de Loire font un peu mieux. Il se passe donc quelque chose en Normandie et c’est ce qu’a rappelé le Président Hervé Morin qui a rassemblé mercredi 27 septembre une centaine d’acteurs économiques à Rouen.

« La Région Normandie a décidé de prendre à bras le corps son rôle de chef de file du développement économique. Il nous semblait donc essentiel qu’elle puisse partager ses perspectives futures avec ses partenaires. Cette rentrée est ainsi l’occasion d’échanger avec les principaux acteurs économiques du territoire sur les grands chantiers de la Région dans les mois à venir » a déclaré le Président.

Des indicateurs positifs pour l’économie normande

Hervé Morin est d’abord revenu sur les résultats encourageants du baromètre de l’économie normande  « Image PME » (*).

Après une croissance faible en 2016 et des performances plutôt contrastées selon les territoires et les secteurs d’activité, ce baromètre constate, depuis début 2017, une amélioration de la situation des entreprises, qui se confirme avec une croissance nettement supérieure à la moyenne des régions françaises au second trimestre 2017 :

  • Le chiffre d’affaire moyen journalier des PME normandes a augmenté de 3,4% par rapport au 2ème trimestre 2016, contre 2,5 % au niveau national
  • La hausse du chiffre d’affaires journalier des PME normandes est désormais tendancielle : + 1,8 % au 1er trimestre et +1,7 % au second. Elle est plus forte dans le Calvados et plus faible dans les départements de l’Orne et de l’Eure.
  • Signe que les chefs d’entreprises retrouvent la confiance, les dépenses d’investissements des entreprises normandes ont augmenté de 2 % au second semestre 2017 par rapport à 2016. Cette augmentation concerne à la fois les petites et les très grandes entreprises situées dans la Manche et l’Orne.
  • Les défaillances d’entreprises diminuent de 9,9 % en Normandie au 4ème trimestre 2016 après cinq années de hausse (8 % au niveau national)
  • Les créations d’entreprises (hors micro-entreprises) sont en hausse de +10.2 % (9 % au niveau national)

 «  Ce qui m’intéresse, c’est que le volontarisme considérable que l’on essaie de mettre en œuvre depuis plus de 18 mois porte ses fruits. La Normandie est sur des niveaux de croissance supérieurs à la moyenne nationale. De belles implantations sont à venir, nous sommes la 1ère région française pour les intentions d’embauche, le niveau de création d’entreprise est très élevé, les procédures collectives sont en diminution. Il y a aujourd’hui de vrais motifs d’espoirs et de satisfactions » s’est réjoui Hervé Morin.

Le soutien aux entreprises constitue, en effet, le fil rouge de la politique régionale. Grâce à un soutien régional de presque 45 millions d’euros, les dispositifs d’impulsion de l’investissement ont notamment permis la réalisation de 180 millions d’investissement ces 12 derniers mois. 281 entreprises en difficulté ont, par ailleurs, été accompagnées financièrement par la mission A.R.M.E (Anticipation Redressement Mutations Economiques). En outre, fin 2017, Normandie Participations aura constitué en un an un portefeuille de 28 entreprises normandes pour un investissement de près de 20 millions d’euros.

Nous avons déjà présenté à la rentrée un panorame des actions de la Région en matière d’économie on peut le retrouver en cliquant ici ou suivre les nouveaux éclairages qu’en donne le président de la Région.

DES PROJETS POUR CONSOLIDER CETTE DYNAMIQUE :

L’attractivité de la Normandie :

  • La montée en puissance de l’Agence d’attractivité et de la marque Normandie.
    Un travail est notamment en cours entre l’Agence de Développement pour la Normandie (ADN) et l’Agence d’attractivité afin de permettre aux entreprises de s’appuyer sur ces deux outils pour faire connaître leurs savoir-faire et compétences mais aussi promouvoir le territoire normand.
  • La mise en place, sur le modèle des « eataly », de lieux normands dans les  grandes villes étrangères pour promouvoir la Normandie, ses produits et ses savoir-faire.
    Le premier lieu devrait ouvrir fin 2018 à Londres.
  • Le classement des plages du Débarquement au patrimoine mondial de l’UNESCO
  • L’organisation d’un Forum mondial pour la Paix en Normandie en 2018

-  Des projets d’infrastructures :

  • Le contournement Est de Rouen
  • Des infrastructures numériques
  • De grands chantiers ferroviaires (commande de 40 nouveaux trains pour les lignes Intercités normandes, relocalisation de la maintenance en Normandie, modernisation du réseau, « Normandisation » de la gare de Saint Lazare…)
  • Une nouvelle offre aéroportuaire cohérente
  • Une stratégie normande pour les ports

-  La refonte de la carte des formations

Dans la perspective de l’évolution de la carte des formations en 2018, une quinzaine de rencontres territoriales de la formation ont été programmées sur l’ensemble de la Normandie pour recenser les besoins en formation des entreprises, territoire par territoire.

 « Aujourd’hui, un des freins majeurs à la reprise de l’activité, c’est la formation. Je croise encore trop de chefs d’entreprise, notamment dans les transports, la logistique… qui ont 10 à 15 postes vacants et qui n’arrivent pas à recruter parce qu’ils ne trouvent pas de personnels formés. Il faut que nous soyons en mesure de répondre à une demande qui émerge sur un territoire ou un bassin d’emploi donné en mettant en place un système plus opérationnel et pragmatique » a expliqué Hervé Morin.

-  Des bureaux à Paris pour les entreprises normandes :

Depuis fin juillet, des bureaux gratuits sont mis à disposition des entreprises normandes à Paris pour l’accueil de prospects. A ce jour, 47 entreprises ont déjà pu bénéficier de ces locaux.

- Une montée en puissance du  guichet « ICI JE MONTE MA BOÎTE » pour les créateurs d’entreprises (50 points d’accueil)

12 millions d’euros sur 3 ans seront consacrés à ce dispositif unique en France. Le principe de ce guichet est de s’appuyer sur un opérateur unique pour accompagner les créateurs d’entreprises : le réseau des consulaires (Chambres de commerce et d’industrie et Chambres des artisans et des métiers). Le maillage a été conçu de façon à ce qu’aucun créateur d’entreprise ne se situe à plus de quelques kilomètres d’un point d’accueil « ICI JE MONTE MA BOÎTE ».

- Un fonds régional de prêt d’honneur « DÉFI » :

La Région a décidé de mettre en place un nouveau dispositif pour accompagner financièrement les créateurs et repreneurs d’entreprises. Le nouveau fonds régional de prêt d’honneur «« DÉFI » interviendra en complément des actions locales mises en place par les plateformes Initiative et leurs propres fonds de prêts. Il permettra donc l’accompagnement d’un plus grand nombre de porteurs de projets et ciblera plus spécifiquement les opérations de transmission.

- Le Fonds de refinancement de prêt étudiant « DÉFI Etudiant »

Après le Pass’Monde, le doublement du nombre de Volontaires International en Entreprise (VIE) ou encore « Atouts Normandie », la Région vient de lancer un nouveau dispositif à destination des jeunes. « DÉFI-Etudiant » constitue une réponse aux difficultés que rencontrent les étudiants qui ont un projet de création d’entreprise et qui ne peuvent le financer du fait d’un emprunt contracté pour leurs études. Ils pourront désormais bénéficier d’un refinancement de leur prêt par la Région Normandie leur offrant ainsi un différé de remboursement de 18 mois. Ce dispositif, proposé depuis le 7 septembre aux étudiants de NEOMA Business School, sera étendu, dès cette année, à l’ensemble des établissements de formation qui souhaitent en bénéficier.

à Dans un premier temps, près de 3 millions d’euros sont prévus pour le fonds régional de prêt d’honneur « DÉFI » et  le fonds de refinancement de prêt étudiant
« DÉFI Etudiant ».

- La numérisation de l’économie 

Le 30 mars dernier, à Gruchet le Valasse, Hervé Morin a présenté, le Plan « Normandie Compétitivité Numérique » pour aider les entreprises normandes à passer à l’ère numérique. Ce plan répond à la double problématique à laquelle sont confrontées les entreprises : choisir les solutions numériques à intégrer dans leurs activités et leur financement. Une coopération opérationnelle est d’ores et déjà mise en place avec l’Alliance pour l’industrie du Futur, présidée par Philippe Darmayan.

La Région Normandie a également engagé une importante action d’information et de financement en faveur du soutien à la transition numérique des artisans et des commerçants. En lien avec les CCI et CMA du territoire, la Région a demandé à Normandie French Tech, l’association fédérant les professionnels du secteur, de sélectionner des start-up normandes susceptibles d’offrir des solutions permettant aux artisans et commerçants normands de se doter d’outils numériques. Ces start-up se déplaceront dans les territoires lors d’une trentaine de dates.

En outre, afin de soutenir le financement de la transition numérique des commerçants, la Région a mis en place  le Fonds TPE Croissance doté de 5 millions d’euros. Il permet aux entreprises de bénéficier de prêts pouvant aller jusqu’à 50 000 euros pour leurs investissements.

- Une campagne « pro-BREXIT »

Le Brexit constitue une réelle opportunité pour le développement de l’économie normande. Une campagne de communication sera lancée, en novembre, à Londres et dans d’autres grandes villes britanniques pour promouvoir la Normandie.

- Le développement de l’Axe Seine 

La Région Normandie a décidé de faire du projet de développement de l’Axe Seine une priorité.

- PIA3 (Programme d’investissement d’Avenir)

La Région Normandie a décidé d’accompagner les entreprises ainsi que les filières en devenir dans le cadre du volet territorialisé du Programme d’investissement d’Avenir (PIA3). Elle débloquera une enveloppe de 12,5 millions d’euros en faveur de ce programme permettant ainsi un effort supplémentaire de 25 millions d’euros en faveur des entreprises.

(*) « Image PME » est une base de données unique en son genre permettant de mesurer et d’analyser précisément l’activité des TPE et PME grâce aux télédéclarations sociales et fiscales établies par les experts-comptables