economie


Août : 2.200 chômeurs de plus en Normandie sur un mois

Dernière mise à jour 27/09/2017
Deux mois de suite de remontée du chômage

Economie. Qu’il s’agisse de la France ou de la Normandie, les chiffres sont également mauvais. Pour la France, sur un mois, ce sont ce sont 22.3000 chômeurs de plus en catégorie A, c'est-à-dire n’ayant pas travaillé du tout, soit 3,54 millions pour l’ensemble du territoire  métropolitain.

En Normandie ce sont 2.200 chômeurs dans cette même catégorie A, ce qui porte à 293.050 le nombre de demandeurs d’emplois (+1,3%). Toutefois soulignons que sur un an la baisse du nombre de chômeurs atteint 1.100 personnes, soit un recul de 0,6% meilleur que celui de la France qui n’est que de -0,3%;

Comme le montre le graphique cette augmentation est la plus importante depuis juillet 2016 après le mois de mars 2017 durant lequel la progression avait été de 2.310 demandeurs d’emploi. Pour la Normandie c’est le 2e  mois consécutif de hausse dans cette catégorie, alors que pour la France c’est le 3e.

Août traditionnellement à la hausse

La remontée du chômage en août est plutôt la règle, de 2012 à 2017, selon notre suivi statistique normande, sur 6 ans le chômage n’a baissé qu’une fois, c’était en 2013. Mais c’est la progression la plus forte, en 2015 n’avait atteint que 2.090 personnes et les chiffres étaient globalement plus mauvais avec 178.020 chômeurs en août alors que cette année le chiffre est de 174.250.

Paradoxalement les données macroéconomiques sont bonnes et l’économie a recouvré une certaine dynamique, les créations d’emplois dans le secteur privé sont en progression. Sans doute, la météo maussade n’a-t-elle pas favorisé pleinement le tourisme et les emplois qui en découlent. Surtout il faut craindre la croissance sans emplois, favorisée par la digitalisation de l’économie.

La conséquence de l’arrêt des formations ?

Faut-il chercher la remontée du chômage dans la baisse des emplois aidés ? Malgré l’annonce de la réduction des aides, la catégorie D qui regroupe les personnes en formation est en croissance 500 personnes sur un mois. Il est vrai que cette catégorie a subi de la part des statisticiens une sévère correction avec une remontée des chiffres pour août 2016. Ce qui fait que, sur un an, la catégorie D recule de 2.860 personnes…plus que la remontée du nombre des chômeurs ! Ceci met en évidence l’effet camouflage du chômage car après la sortie de la formation, l’emploi n’est pas au rendez-vous.

Certains spécialistes considèrent aussi que les créations d’emplois faisant largement appel aux CDD par sécurité, de plus en plus de demandeurs d’emploi inscrits travaillent en réalité et d’autres sont proches de le faire mais ils hésitent à se désinscrire en raison de la précarité de leur situation.

En A,B,C : 293.050 personnes en Normandie

Quant aux personnes en catégories B et C en activité réduite (des petits boulots de plus ou moins 78 h par mois) pour la France Pôle Emploi en recense 2,12 millions ce qui fait un total de 5,64 millions de chômeurs en progression de 0,4%. Pour la Normandie la progression est analogue avec  +0,4% et le total est de 293.050. Sur un an la progression de l’ensemble A,B,C atteint 5.030 personnes, soit une hausse de 1,7% significativement moins important que la hausse nationale qui sur la même période atteint 2,5%.

L’espoir est dans la formation ?

Si comme se plait à le répéter le gouvernement « le meilleur bouclier contre le chômage ce sont les compétences » il faut voir maintenant ce que sera la réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage qui doit être lancée prochainement en France. En la matière la Normandie a pris les devants avec tout son train de mesures d’aides tant à destination de l’entrepreneur que du jeune et du demandeur d’emploi, mais il faut du temps pour que leur mise en place porte ses fruits. Ce qu’on peut constater c’est qu’une croissance  de 1,7% ne suffit pas pour remettre la « machine » en marche.

Ginette Bléry

Sur un an les variations normandes sont toujours meilleures que les variations nationales