collectivités


La biodiversité dans tous ses états avec la création de la 1ère agence régionale qui lui soit dédiée

Dernière mise à jour 21/09/2017
La biodiversité appliquée à l'homme, P. Scheyder au piano, M. Lonsdale, M. Matar

Collectivités. Ce n’est pas dans une salle sans âme, dans un univers climatisé et aseptisé que l’on parle de biodiversité. Alors la présentation de la préfiguration de l’Agence Régionale de la Biodiversité de la Normandie s’est déroulée dans le cadre bucolique du restaurant Aux jardins d’Eden auprès de Pont-Audemer. Il s’agit d’anciennes carrières réaménagées avec 50 ha d’étangs et des bosquets propices à la promenade pédestre ou aquatique.

Un menu peuple vital pour notre survie

Connaissez vous l’écrevisse à pattes blanches, elle peuple préférentiellement les eaux froides, non polluées, claires et vives, on la pêchait, ou plutôt on la braconnait encore, il y a quelques décennies dans les ruisseaux normands. Elle est désormais race protégée par la Région. Et le crapaud à ventre jaune, la chouette sauvage et le busard cendré ? Et n’oubliez pas la limule, un arthropode appelé parfois « crabe au sang bleu » animal marin présent sur les côtes normandes dont le sang possède la particularité de détecter les bactéries. L’industrie biomédicale en fait une grande consommation et 545.973 de ces animaux ont été prélevés en 2013. Même si les limules sont remises à la mer après avoir été saignées, la mortalité est grande et l’homme risque bien d’anéantir à ses dépends cet animal qui vient du fond des âges. Hervé Morin, Président de la Région s’est livré mercredi 20 à un panégyrique des espèces animales en péril en Normandie. Il est bien placé pour les connaître car le petit garnement qu’il était, séchait volontiers la classe pour crapahuter dans les ruisseaux et chemins creux.

Tous concernés

La biodiversité ne s’arrête pas à la protection de quelques espèces, pour vivre elle a besoin des zones humides, d’un littoral protégé, des bocages et des tourbières…Elle a besoin aussi des hommes, alors l’action ne peut être menée qu’en réunissant les organismes concernés. Autour des représentants de la Région dont Hubert Dejean de la Bâtie vice-président en charge de l’environnement, ceux des agences de Bassin avec Patricia Blanc, Directrice Générale de l’Agence de l’Eau Seine-Normandie et Martin Gutton, Directeur Général de l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne. Ils ont tous deux rappelés le rôle essentiel de leurs organismes qui disposent d’importants moyens financiers pour rétablir les équilibres entre les territoires. « Quand 100 millions d’euros sont investis en Normandie, 50 viennent de l’Ile de France » n’a pas manqué de souligner Patricia Blanc, cependant que Martin Guitton rappelait que les agences de l’eau dégagent déjà « 30 millions d’euros pour la biodiversité ».

L’Etat représenté par Christophe Aubel, Directeur Général de l’Agence Française pour la Biodiversité, il a expliqué que fidèle à l’esprit de la biodiversité : « l’agence ne se concevait pas comme la tête qui commande mais comme le cœur d’un réseau dont la porte est ouverte et il bon que les départements se mêlent aussi de cette action car elle l’affaire de tous ». Deux préfets étaient présents, Thierry Coudert pour l’Eure et Fabienne Buccio pour la Normandie, elle voit dans cette agence une réponse collective au développement du territoire, « c’est aussi une façon d’apporter plus de transparence pour le citoyen, car il ne s’agit pas de parler toujours des structures mais d’aider à comprendre le fond et de donner du sens ».

L’homme fait partie de la biodiversité

La biodiversité est l’affaire de tous et les hommes en font partie car eux aussi ont besoin d’être protégés alors pour nous réconcilier avec le genre humain, la rencontre fut suivie d’une représentation du spectacle « Des jardins et des hommes » avec le pianiste Patrick Scheyder, le comédien Michael Lonsdale qui malgré ses 86 ans garde une voix aux profondes vibrations et le jeune syrien Madyan Matar qui a rappelé que Damas c’était d’abord le plus beau des jardins de la création.

La signature de la création de l'Agence Régionale de la Biodiversité

Missions et principes de l’Agence Régionale de la Biodiversité

L’Agence Régionale de la Biodiversité en Normandie doit concerner : l'ensemble des espèces et milieux terrestres, aquatiques continentaux et marins; autant la biodiversité « remarquable » que la biodiversité « ordinaire ».

Les partenaires conviennent tous que l’ARB répondra aux principes et exigences suivants :

  • apporter une réelle plus-value, au profit de la biodiversité, de sa bonne prise en compte sur le territoire,
  • répondre aux enjeux du territoire, en prenant en compte l’existant et non en se substituant aux acteurs en place (partenaires publics, gestionnaires, associations...),
  • assurer une complémentarité et une lisibilité des actions mises en œuvre entre la Région, l’AFB, les services de l’Etat, les Départements, les Agences de l’Eau et les autres opérateurs ;
  • être un lien, un lieu de rencontre partenarial pour ces acteurs, en favorisant les transversalités ;
  • jouer un rôle de facilitation et de mobilisation des acteurs pour accélérer et multiplier les initiatives concrètes en faveur de la biodiversité ;
  • anticiper et faciliter la prise en compte des enjeux à venir par les acteurs du territoire,
  • dimensionner de manière raisonnable ses moyens, tout en affichant une vraie ambition pour le territoire normand