En vue


Le contournement Est se transforme en un vaste carrefour des élus de tous bords

Dernière mise à jour 14/09/2017
L'expression est à prendre sous forme de métaphore car la situation n'a rien à voir

En vue. Hier nous annoncions le choix des collectivités (Région, Métropole, Département de la Seine-Maritime) de compléter le montage financier pour que le projet de contournement Est de la ville de Rouen (jonction A28 / A13) ait le maximum de chances d’obtenir le feu vert du Conseil d’Etat où se trouve actuellement le dossier. Nous avons souligné par la même occasion le refus de participer à ce montage  financier du département de l’Eure alors que, lui aussi, bénéficiera de cette infrastructure.

Après l’envoi de la lettre électronique nous avons reçu un message de Nicolas Mayer-Rossignol, Président du groupe « Socialistes, Radicaux, Citoyens » au Conseil Régional de Normandie, et de Nicolas Rouly, Président du groupe « Pour les Seinomarins » au Conseil Départemental de Seine-Maritime, qui « réaffirment l’importance de ce projet et la nécessité d’une participation de l’ensemble des collectivités locales concernées, aux côtés de l’Etat. »

Les élus socialistes considèrent  l’absence du Département de l’Eure dans ce tour de table : « à la fois choquante et inquiétante ». Ils souhaitent au nom de l’équité que les efforts soient mieux répartis : « c’est un enjeu de justice pour les contribuables seinomarins et d’efficacité pour le projet, dont la sécurité financière resterait sinon très incertaine.

Et de craindre que ce désengagement du Département ne témoigne de celui de l’Etat puis MM Lecornu et Le Maire sont à la fois des élus de l’Eure et des membres du Gouvernement.

Ce jeudi matin Guy Lefrand (LR) maire d’Evreux et président de l’agglomération des Portes de l’Eure déclarait : « je salue la détermination et le courage de Hervé Morin, Président de la région Normandie qui a pris à bras le corps le dossier brulant du contournement Est de Rouen pour le faire  aboutir après 40 ans  d’hésitations, d’oppositions et de reculades. Je soutiens la région Normandie qui intervient dans ce projet à hauteur de 157 millions d’euros, c’est à dire 64% du budget global. » Toute en rappelant qu’Evreux et son agglomération verraient leur activité renforcée par ce projet.

Ce soir communiqué de presse commun de trois députés LREM de Seine-Maritime Damien Adam Sira Sylla et Annie Vidal, et de la sénatrice UDI Catherine Morin-Desailly. Ces élus disent leur vive adhésion à ce projet nécessaire « à la poursuite du développement économique de l’ensemble de la vallée de la Seine ». Ils soulignent la nécessité d’une décision rapide après 40 ans d’atermoiements et ils rappellent que : « cette procédure doit être signée avant la date butoir du 11 janvier 2018 ».

Pour soutenir le proje, une fois de plus les élus se mettront en rapport dans les semaines qui viennent avec Edouard Philippe. Voilà bien ce qu’on appelle l’union sacrée !