collectivités


Contournement Est de Rouen, l’alliance des élus met le Gouvernement au pied du mur.

Dernière mise à jour 13/09/2017
MM Sanchez, Morin et Martin montrent la lettre destinée au PM

Collectivités. Cela fait 45 ans qu’on l’attend, car Hervé Morin, le Président de la Région se souvient avoir proposé le projet quand il était conseiller départemental de l’Eure en 1972, 45 ans et le contournement est encore suspendu à l’accord du Conseil d’Etat, à son décret d’utilité publique et finalement à quelques sous du Gouvernement.

On sait que le trou de 10 milliards d’euros amène le Gouvernement à remettre en cause tous les investissements concernant les grandes infrastructures mais la Normandie espère bien échapper à la moulinette pour son contournement.

Pour ne pas se heurter à l’alibi financier, et voir le projet reculé une fois de plus, la Région, la Métropole de Rouen que préside Frédéric Sanchez, et, Pascal Martin Président du Conseil Départemental de la Seine-Maritime, ont mis la main à la poche pour boucler le financement et débloquer ce projet.

Le montage financier

Montant de l’opération 890 millions d’euros HT dont 400 millions d’euros apportés par le concessionnaire, l’Etat n’apporte que 245 millions. Il fallait donc en trouver encore autant pour boucler le dossier. Alors chaque collectivité locale a apporté une rallonge au budget initialement prévu pour opération :

Région Normandie : 157 millions d’euros

Métropole Rouen Normandie : 66 millions d’euros

Département de Seine-Maritime : 22 millions d’euros

Les financeurs regrettent vivement que le département de l’Eure ne participe pas au montage alors que la région d’Evreux, les villes de Louviers et de Vernon en profiteront largement.

Aucun commentaire ne sera pas de la part des élus à ce sujet mais on sent une certaine amertume. Le fait que Sébastien Lecornu l’ex président de ce département soit désormais au cabinet de Nicolas Hulot lui donne-t-il une prévention contre les axes routiers ? C’est nous qui posons la question.

Lettre au Premier Ministre,

L’objet de la réunion de ce jour était la signature d’une lettre envoyée à Edouard Philippe, elle lui rappelle l’importance de ce projet pour la Région et son urgence pour une mise en service en 2024 année des JO. Les signataires écrivent que ce projet : « devrait prendre une place de choix dans la programmation des grands projets d’infrastructure de transport que votre Gouvernement doit arrêter à l’issue des Assises de la Mobilité ».

Le Gouvernement devrait être d’autant plus favorable, que Bruno Le Maire, actuel ministre de l’Economie, avait placé le Contournement Est dans son programme de campagne de Conseiller Régional !

Bien plus qu’une commodité locale, un axe stratégique européen

Le contournement Est de Rouen assure la liaison à 2x2 voies entre l’A28 au Nord de Rouen et l’A13 au sud, il évite ainsi que la ville soit traversée par une noria de camion. Cette autoroute c’est aussi le chainon manquant de l'axe Copenhague-Lisbonne, ce qui lui confère aussi un intérêt européen.  Pour Frédéric Sanchez, ces reports incessants ont créé une « attente longue et douloureuse» et cet accord financier constitue « un moment historique » pour favoriser le développement économique, améliorer la qualité de vie résidentielle et il rappelle « combien les infrastructures sont favorables aux développements futurs ».

Pascal Martin outre l’effort de 22 millions d’euros propose de financer : « la bretelle d’accès de l’A28 (6.5 millions d’euros) au niveau de la commune de Quincampoix : un soulagement de 4500 véhicules par jour à Isneauville, un atout indéniable pour les usagers et les riverains »

Rapidité

Tout est prêt et ce que les élus souhaitent maintenant c’est la rapidité. Pour le président de la Région : «ne pas soutenir ce dossier serait envoyer un signe très négatif à la Normandie » mais pour l’optimiste Frédéric Sanchez « tous les indicateurs sont au vert » et Pascal Martin juge que : « ce serait irresponsable que ce dossier n’aboutisse pas d’autant que la part financière de l’Etat est plutôt légère. »