economie


En juillet 2017, les services marchands ont soutenu l’activité normande

Dernière mise à jour 12/08/2017
Envolée impressionnante de l'activité des services marchands en Normandie, une croissance de 21 points sur un an

Economie. L’indicateur du climat des affaires publié par la Banque de France, fait apparaître une situation contrastée pour le mois de juillet 2017. Alors que l’activité industrielle a régressé de 2 points en Normandie, elle a progressé de 2 points en France. Au final, l’activité industrielle normande se situe à 100, c'est-à-dire la moyenne sur le long terme ; pour la France cet indicateur est à 105. Si la progression amorcée depuis le début de l’année se ralentit, les chiffres n’ont rien d’inquiétants, ils sont bien supérieurs au niveau d’il y a un an. Globalement les industriels restent confiants et les niveaux de stocks sont bas.

Par contre l’indicateur caracole pour les services marchands, se situant à 109 soit 10 points au dessus de l’indicateur national. Pour la Normandie, l’envolée est impressionnante, sur un an elle atteint 21 points, un peu comme si l’économie normande avait changé de nature ! Pourtant les chiffres sur le long terme montrent que notre économie locale est familière de ces coups de fièvre. Sur la période 2010/2011 les chiffres de l’indicateur des services flambaient et dès l’été 2012 ils avaient replongé en dessous de la moyenne du long terme.

Notons que ces bons chiffres des services marchands ont été obtenus en dépit d’une deuxième quinzaine de juillet plutôt en recul pour le secteur de l’hébergement (pour mémoire notre météo s’est détraquée à partir du 14 juillet). Selon la BDF, « les perspectives restent bien orientées à court terme, excepté pour l’hébergement. »

Les services relatifs à la restauration, aux bâtiments et à l’aménagement paysager se portent bien.

Bien qu'ayant ralenti l'indicateur de l'activité industrielle reste supérieur de 5 points à  sont niveau de l'an passé

L’industrie garde une certaine sérénité

Selon la BDF : « après deux mois de progression, la production industrielle se stabilise ». La situation s’avère toutefois variable selon les secteurs. Les carnets sont un peu faibles dans la fabrication des denrées alimentaires et dans les boissons et, pour de nombreux autres secteurs, un ralentissement de la production est attendu en raison des fermetures estivales, même pour le matériel de transport qui a joué jusqu’ici les locomotives.

Si les commandes domestiques marquent le pas, la demande liée aux marchés à l’export augmente. Globalement les carnets de commandes restent jugés plutôt satisfaisants et les niveaux des stocks sont plutôt bas.

Selon les chefs d’entreprise l’activité devrait rester stable à court terme.

Le bâtiment on le sait connaît une période de reprise comme nous l’avons publié précédemment.

L'activité industrielle a enregistré un ralentissement mais elle reste supérieure à celle de l'an passé à la même date