collectivités


Normandie 2015-2016 : investissements + 6,7%, frais de fonctionnement +4,7% …les raisons de l’envol

Dernière mise à jour 03/08/2017
En gris les dépenses d'investissement, en rouge, celles de fonctionnement. Les régions en rosé sont celles où les dépenses progressent - carte Le Figaro

Collectivités. La fondation Ifrap, think-tank spécialisé dans l’analyse des politiques publiques, a travaillé sur les rapports des Ceser et établi une carte de France des régions faisant apparaître l’évolution des dépenses d’investissements et des frais de fonctionnement pour la période 2015 / 2016.

On se souvient que lors de la création des 13 Régions, l’un des arguments du gouvernement Hollande était que cette transformation amènerait des économies d’échelle, André Vallini le Secrétaire d’Etat, avait même évoqué plus de 10 milliards d’euros de réduction des dépenses alors que le budget des Régions tourne autour…de 30 milliards.

L’immobilisme source d’économies ?

Pour cette première année d’exercice des nouvelles Régions, le résultat est complètement inverse, de ce qu’escomptait le gouvernement, ce sont les Régions dont le périmètre n’a pas changé comme la Bretagne ou l’Ile de France qui voient leurs dépenses d’investissements et de fonctionnements se réduire, alors que celles des autres Régions progressent plus ou moins. Le changement de périmètre, la nouvelle organisation a fait monter les coûts, il n’y a pas lieu de s’en étonner, c’est dans le temps que des modifications d’une telle ampleur porteront leur fruit.

Dépenses d’investissements + 6,7%

Pour la croissance des investissements, la Normandie avec +6,7% arrive en quatrième position derrière Grand Est (+22%) Auvergne-Rhône Alpes (+21,2%) Nouvelle Aquitaine (+8,1%). Selon Le Figaro du 2 août qui publie cette étude, l’acquisition des trains Intercités a contribué à faire grimper le budget des investissements. De toute façon, des dépenses d’investissements sont à voir de manière positive puisqu’elles préparent l’avenir et qu’elles ont cruellement manqué en Normandie dans le passé.

Pour mémoire, les dépenses d’investissement nécessaires au développement du territoire et au développement de l’emploi concernent effectivement les transports  +78 millions d’euros et l’économie +18 millions d’euros, qui sont les priorités du mandat.

La Normandie finance 83 % de ces dépenses d’investissements par ses ressources propres et garde une capacité de désendettement de 1,69 année en 2016 bien meilleure que celle de la plupart des régions françaises.

La Normandie en tête pour les frais de fonctionnement

Pour l’augmentation des frais de fonctionnement (+4,7%) la Normandie arrive en tête de toutes les Régions. Voilà de quoi nous interpeller, alors normandiexxl est parti est à la chasse aux informations et, malgré le désert aoûtien, les équipes de la Région sont toujours là pour répondre.

Si l’Ifrap compte 4,7% de hausse des dépenses de fonctionnement, pour la Région la hausse n’est que de 4,5% dans les comptes administratifs de 2016 présentés en juin 2017 avec 948,68 millions d’euros, (936,1 millions d’euros sans les charges financières).

Assumer le passé

Comme toujours lorsqu’une nouvelle équipe arrive elle se doit, continuité républicaine oblige, d’assumer les erreurs et les engagements du passé, ce fut le cas pour la Région Normandie avec le règlement de la dette de la Haute-Normandie vis-à-vis l’enseignement catholique et celui de la revalorisation des indemnités décidée par la Basse Normandie, avant l’élection. Sans oublier les libéralités de l’Etat en matière du point d’indice. Tout ceci a coûté la bagatelle de 56,2 millions d’euros. Voici le détail :

  • Les deux tiers de la hausse des frais de fonctionnement sont liées aux dépenses exceptionnelles nécessaires pour régulariser la situation de la Région avec l’enseignement catholique puisque les élus socialistes de la Haute-Normandie de la précédente mandature avaient omis de se mettre en règle avec la loi. Ce sont 27,2 millions d’euros qui ont été réglés dans le cadre du protocole transactionnel avec les organismes de gestion de l’enseignement catholique OGEC d’un contentieux de 38 millions d’euros couvrant les années 2007/2015.
  • L’augmentation des frais de personnel est de 1,87 % soit 3,5 millions d’euros. La mise en œuvre de la revalorisation du régime indemnitaire décidée par l’ex Basse Normandie avant la fusion a coûte quant à elle +2 millions d’euros par an. L’augmentation du point d’indice, mesure nationale pèse pour +1 million d’euros. On connaît la musique, l’Etat décide, les collectivités passent à la caisse.

A cela s’ajoutent des choix politiques d’interventions sur le territoire (+15,4 millions d’euros) sur la gestion courante dont l’enseignement, l’action économique, la culture, le sports, tout un ensemble d’activités que la Région a décidé de promouvoir (+10,6 millions d’euros)

Les chiffres parlent mais ils ont souvent besoin d’être éclairés.

Ginette Bléry