economie


NAE moisson de bonnes nouvelles

Dernière mise à jour 20/07/2017
On vole haut dans l'aéronautique

Economie. Avec 42 de ses 139 membres présents au Salon du Bourget qui s’est déroulé en juin au Bourget, l’association Normandie Aéro Espace (NAE) que préside Philippe Eudeline a signé sa plus forte participation à ce must de l’aéronautique mondiale où elle a su prendre sa place. Les entreprises normandes disposaient d’un stand de 560 m² dans le hall 2B qui est le mieux placé et ajoutons à cela que 240 rendez-vous commerciaux pour les entreprises, dont 10% à l’international avaient été pris. S’il est trop tôt pour faire un bilan car les retombées d’une exposition s’étalent dans le temps certains résultats concrets se manifestent déjà. Par exemple, Calip group, l’entreprise d’Argence (14) spécialiste du tournage, fraisage qui a déjà signé une 1ère commande avec un électronicien.

Quelques produits ont particulièrement attiré les spécialistes dont on trouvera une présentation ci-dessous.

Un beau palmarès de conquêtes

Lors de l’Assemblée Générale de l’association qui s’est tenue dans la foulée du Bourget, les constats furent également flatteurs. La filière NAE a accueilli 10 nouveaux membres depuis juin 2016 et ceux-ci appartiennent aux différents départements normands ce qui montre bien que l’ancrage régional est réussi pour un organisme qui au départ était très haut-normand. Parmi les nouveaux venus on trouve une prise de belle taille avec le Manchois, Naval Group, anciennement DCNS, un des leaders nationaux des sous-marins mais aussi un autre Manchois spécialiste de 30 ans d’expérience de l’usinage de précision, Chantreuil. Nombre d’Eurois ont rejoint le groupe, comme Solcera, anciennement Coorstek qui conçoit et fabrique des céramiques et des assemblages techniques, Safran Aircraft Engines un des leaders de la propulsion électrique et spatiale à Vernon, EFE concepteur et fabricant de capteurs de pression ainsi que la startup d’Evreux CX Links qui se développe sur le prototypage de précision et le déploiement rapide de systèmes embarqués connectés. Enfin, toujours dans ce même département, l’école d’ingénieurs d’Evreux ITII a également adhéré. Trois entreprises de l’industrieux département de Seine Maritime ont rejoint NAE : EMS qui travaille sur la conception et l’impression de marquages techniques, le Groupe ADF spécialisé en maintenance industrielle et Remiplast impliqué dans la plasturgie.

Un tableau de bord dans le vert

L’ensemble NAE représente 3 milliards d’euros de chiffres d’affaires en 2016 avec 18.000 salariés mais sur 139 membres plus de la moitié sont des TPE, PME et ETI. C’est la vocation de NAE que d’aider les petits à atteindre les niveaux d’exigence de la qualité pour répondre aux demandes des grands donneurs d’ordre et 3 startups ont même rejoint la « famille ». Comme il n’est jamais trop pour apprendre à être « bon » dans le domaine industriel, 16 établissements d’enseignement ont adhéré.

Comme le montre l’illustration les performances sont au rendez-vous :

L'évolution du chiffre d'affaires et des effectifs des TPE-PME-ETI de la filière est très favorable : le CA 2016 atteint 984 millions d’euros, en progression de 6% par rapport à 2015, dont 262 millions réalisés en aéronautique, spatial, défense ou sécurité, soit une progression de 8% sur ce segment. Ces résultats normands se démarquent donc très positivement de la moyenne nationale de la filière aéronautique qui affiche une progression de 4.8% sur les activités civiles et de 1.4% sur les activités militaires.

Les chiffres d’affaires à l’export atteignent 239 millions d’euros, en progression de 7% par rapport à 2015. Enfin, autre signe positif, l’évolution favorable et constante des effectifs de ces entreprises qui atteignent 8.470 personnes, en progression de 4%, soit 306 salariés en plus.

Quelques présentations remarquables

Les cobots arrivent…des copains de travail

Si les robots peuvent être perçus comme détruisant le travail, les cobots sont bien plus sympathiques, ils tirent leur nom de la contraction des termes anglais «collaborative robots». Ces robots d’un nouveau genre ont une particularité: ils travaillent en collaboration avec un humain, dopant sa productivité en le délestant des missions les plus ingrates, éprouvantes et répétitives. Les cobots se proposent d’être une machine qui travaille main dans la main avec l’Homme.

Par exemple BMW les utilises dans son usine américaine de Spartanburg (Caroline du Sud). Ils s’occupent notamment de l’isolation et de la protection des matériaux électroniques dans les portes des voitures. Des tâches éreintantes que les employés ne pouvaient effectuer plus d’une ou deux heures d’affilée sans ressentir des douleurs aux coudes. Le cobot, vrai remède contre la pénibilité devrait intéresser les entreprises en butte à cette législation.

C’est Einea de Selha Group qui présentait son robot collaboratif RACE pour l'Usine du futur 4.0.

Einea pour Electronics Indutrialisation Needs Efficiency Area, est une entreprise basée à Eu en Seine-Maritime. Emanation de Thomson CSF, puis d’Alcatel Einea a pris son indépendance en 2015. L’entreprise que préside Philippe Masselin réalise un chiffre d’affaires de 55 millions d’euros avec 255 personnes et est spécialisée dans l’expertise sur tous les métiers liés à l’industrialisation et à la mise en production de produits électroniques. Ses clients sont des grands de l’aéronautique avec Airbus Evy, Thales, Safran, Zodiac…BAE system

Factem entendre le silence

Parmi les autres produits signalons aussi Factem qui développe et commercialise EF7, le casque sans fil le plus évolué destiné au marché aéronautique avec des performances exceptionnelles dans le traitement antibruit actif, son 3D, spatialisation du son, débruitage micros,...Tout cela pour entendre des messages quand on est à côté d’un moteur d’avion qui tourne. Normandiexxl a déjà présenté les travaux d’Alain Dulac à Bayeux. Lors du Bourget était aussi présenté un nouveau casque destiné au cockpit avion de ligne ou au biz jet.

La grande lessive

Mecanolav, entreprise de Neufchatel-en-Bray, comme son nom l’indique est le spécialiste du nettoyage des pièces mécaniques, l’entreprise conçoit, fabrique et vend des machines pour le nettoyage de pièces mécaniques. Pour la compréhension de son message dans un environnement international, pour la présentation de son nouveau process, elle annonçait " One-piece flow cleaning" avec la MecanoFAST :  propre et sec en 30 secondes

Avec 35 employés et un chiffre d’affaires de 5,4 millions d’euros cette PME annonce des prestigieux clients en France et à l’étranger : Safran, Airbus, Dassault, Aero Gearbox…

Surveillance tous azimuts

Cordon DS2i basée à Val de Reuil présentait deux nouvelles solutions de surveillance : DPIS (Dôme de protection d'infrastructures sensibles) et SMDR2 (Système de détection et de renseignement de 2e génération).

L’entreprise apporte son expertise en matière de développement de systèmes d’information experts avec réalisation d’études, de la conception, du développement, de l’intégration et du soutien des systèmes dans le domaine du renseignement, de l’observation, la surveillance et la reconnaissance terrestre, maritime, aérienne et spatiale.

Avec 2.300 employés l’entreprise réalise un chiffre d’affaires de 128 millions d’euros et travaille pour les plus grandes entreprises du secteur de l’aéronautique et de la sécurité : DGA, Airbus, Apsys, Thales, Zodiac Aerospace, Surveycopter…