collectivités


La Région normande se veut pilote pour l’intelligence économique

Dernière mise à jour 05/07/2017

Collectivités. Le Gouvernement depuis de nombreuses années incite les entreprises à mieux protéger leurs données stratégiques, une démarche déjà assez familière aux grandes entreprises mais souvent ignorée des PME et TPE. Entre un nouveau Gouvernement qui inscrit le numérique à son fronton avec un PM Edouard Philippe qui dans sa déclaration de politique générale a déclaré « Nous mettrons évidemment le paquet sur la transformation numérique » et une Région qui met l’accent sur les infrastructures du Très Haut Débit et la formation à tous les niveaux dans ce domaine, le drakkar avance dans le même sens. Mais cette fabuleuse mise à disposition des données accroît la fragilité des entreprises qui risquent bien de devenir transparentes. Plus besoin de James Bond pour s’introduire dans le bureau présidentiel et voler au Minox les images d’un dossier confidentiel. La fréquentation des réseaux sociaux, des sites internet, un smartphone laissé sur une table livrent ingénument des masses de données.

Comité stratégique d’IET

La préfecture de Région a accueilli mardi 4 juillet le 1er  Comité stratégique d’Intelligence Economique Territoriale (IET), co-présidé par Fabienne Buccio, préfète de la région Normandie et Sophie Gaugain, 1ère  vice-présidente de la Région auquel a également participé Jean-Baptiste Carpentier, commissaire à l’information stratégique et à la sécurité économique. Ce dernier avait été nommé en 2016, par Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, de l’industrie et du Numérique, Commissaire à l'information stratégique et à la sécurité économiques (CISSE), un organisme nouvellement créé, chargé notamment d'aider les entreprises françaises à préserver leur compétitivité dans une économie mondialisée. M. Carpentier, 52 ans, avait été précédemment à la tête de Tracfin, la cellule de renseignement anti blanchiment de Bercy, avant de se voir confier la direction de la Délégation interministérielle à l'intelligence économique (D2IE). Un homme du sérail donc.

Impliquée de longue date sur la question de la protection des données sensibles, comme en atteste le lien qui vous conduit à un ancien article de normandiexxl, la Normandie dispose désormais d’une structuration officielle en matière d’Intelligence Economique (IE) Territoriale, co-présidée par l’Etat et la Région. « Pour les chefs d’entreprise, l’intelligence économique relève trop souvent du concept. Il faut désormais passer à la réalisation, tout simplement parce que le monde nous y oblige », a ainsi expliqué Fabienne Buccio. « Et lorsque nous avons candidaté pour être « région pilote » en matière d’IE Territoriale, c’était justement dans cette optique d’être en phase avec les besoins des entreprises et de pouvoir les accompagner de manière concrète et ainsi mieux les préserver », poursuit Sophie Gaugain.

« Il s’agit d’une véritable démarche partenariale où l’Etat et la Région ne sont pas seuls. Cela fait 20 ans que cette thématique est pratiquée en Normandie et nous allons poursuivre ce travail avec les différents acteurs du monde économique : les filières, les CCI, les Universités, les chercheurs… », poursuit la préfète qui rappelle qu’il est également permis de capitaliser sur les formations spécifiques déjà dispensées sur notre territoire.

17 axes prioritaires

Du fait de cette nouvelle organisation, une véritable feuille de route organisée autour de 17 axes prioritaires a été réalisée. Car sans pour autant verser dans la paranoïa, Jean-Baptiste Carpentier en est convaincu : « le premier risque pour les entreprises c’est de ne pas reconnaître qu’il peut y en avoir un ». En effet s’il est facile de convaincre de grands groupes déjà sensibilisés à la question, les TPE et PME sont plus difficiles à mobiliser. « C’est pour cette raison que l’un des premiers chantiers concrets de ce dispositif d’IE Territorial sera la réalisation, avant la fin de l’année, d’une cellule de veille destinée aux entreprises elles-mêmes. »

« Nous avons lancé les bases de ce projet début juin. L’objectif est de disposer d’un outil de veille informative étendu à l’ensemble des sources d’informations, réseaux sociaux y compris, où seront compilées les informations stratégiques impliquant les entreprises de la région, leurs marchés, leurs concurrents, les pays vers lesquels veulent exporter… », explique Sophie Gaugain. Une information accessible par les entreprises via les filières auxquelles elles appartiennent et qui seront leurs interlocuteurs pour affiner les besoins. « Mais ce que doivent impérativement garder à l’esprit les entreprises, c’est que tous ces outils ne sont qu’une aide à la décision. En aucun cas ils ne sont là pour se substituer à la prise de décision », souligne Jean-Baptiste Carpentier.

Exemples concrets pour illustrer le partenariat État / Région en matière d’intelligence économique

Mise en place d’une politique de soutien aux entreprises du patrimoine vivant qui représentent un véritable atout pour le développement économique normand, des savoir-faire d’excellence, une identité économique forte et de beaux potentiels d’emplois. Cette dynamique a vocation à s’inscrire encore plus pleinement dans le cadre des actions à venir de la démarche IET.

Détection et appui aux « Champions Cachés Normands », démarche qui relève de la même logique et aura vocation à associer, parmi d’autres acteurs, le réseau territorial maillé des Préfectures et Sous-Préfectures dans le cadre du travail de coopération entre la Région et les services de l’État en matière d’IET.

Sauvegarde et sécurisation des patrimoines et savoir-faire des pépites (entreprises comme laboratoires) qui appellera une collaboration étroite avec les services de l’État au titre de ses fonctions régaliennes dans ces domaines.

Construction d’un référentiel régional et partagé de données socio-économiques. Un Groupe de Travail portant sur les indicateurs et descripteurs territoriaux a été mis en place, associant des services internes de la Région,l’Insee, la Banque de France, la Direccte et la CCI Normandie. Là aussi, l’idée est bien de co-construire et de mettre en partage un ensemble de données de façon à disposer des chiffres clés et les plus récents de notre économie normande, essentiels à la prise de décision et à l’évaluation de nos actions au plus près des territoires.

Travail collectif de sensibilisation, de formation pour la transformation numérique de la Normandie. Faire de la Normandie un territoire de référence par son dynamisme de développement économique sera possible en anticipant les évolutions futures, en s’appuyant sur nos excellences scientifiques, technologiques et entrepreneuriales, dans une logique innovante, collaborative et systémique.

Tous ces exemples, et bien d’autres encore ont vocation à faire se rencontrer et travailler ensemble des acteurs ayant une identité d’objectif et d’intérêt sur et pour le territoire.

Sophie Gaugain, Fabienne Buccio, Jean-Baptiste Carpentier