idées


Emmanuel Macron : « c’est la politique du catamaran »

Dernière mise à jour 13/06/2017

Idées. Sans doute n’est ce pas par hasard que la conférence de presse d’Hervé Morin pour la présentation de l’Assemblée Plénière de la Région qui se tiendra le 26 juin au Havre, a eu lieu le 12 juin, au lendemain des élections législatives…un moyen d’échanger à chaud. Hasard ou non les journalistes présents n’ont pas manqué de tenter de chercher à comprendre comment le Président de la Région se situait par rapport aux résultats.

Celui qui se présentait jadis volontiers comme « brut de décoffrage » joue désormais volontiers dans la nuance car il ne va pas se mettre à dos ceux avec lesquels il va être obligé de travailler demain, tout en tenant à garder ses distances. Vous c’est vous, moi c’est moi mais cela n’exclut pas quelques pas de danse.

Le goût du bon mot est quand même là et pour caractériser cette nouvelle politique qui s’appuie tantôt sur la droite, tantôt sur la gauche, il évoque le catamaran… image finalement positive puisque ce type de bateau est réputé pour son insubmersibilité !

D’abord changer le mode de scrutin

Cette chambre monocolore qui se prépare lui paraît ne plus correspondre à l’évolution de la société : « le modèle de la majorité puissante est dépassé, nous sommes dans un monde collaboratif à l’époque des réseaux, le pyramidal n’est plus de mise.

La première chose à changer est le mode de scrutin, même s’il n’a aucune affinité avec le FN, Hervé Morin considère qu’il n’est pas sain qu’il ait si peu d’élus étant donné le poids de son électorat. « Emmanuel Macron avait promis une dose de proportionnelle, il faut voir s’il va mettre en pratique cette promesse car il n’est plus possible que 30% des voix aboutissent à 90% de sièges »

Hervé Morin rappelle aussi qu’une majorité pléthorique n’est absolument pas la garantie de la paix sociale et d’évoquer les grèves massives contre le plan Juppé en 1995 : « la majorité au pouvoir ne signifie pas l’adhésion. »

Une opposition intelligente

A contrario des LR comme Thierry Solère qui annoncent une « opposition constructive » qu’il considère comme une perte d’identité qui amènera ces LR à se fondre dans la majorité, il préfère clairement rester dans une opposition qu’il qualifie « d’intelligente » c'est-à-dire que la coopération est possible mais pas aveuglément.

Quant à se « jeter » sur le premier ministre Edouard Philippe pour tenter d’en tirer des bénéfices pour la Normandie, il rappelle qu’il vient dans la campagne législative de soutenir dans son ancienne circonscription de l’Eure, un candidat LR contre le candidat LREM. Alors la rencontre avec le PM n’est pas urgente mais est bien entendu au programme. L’étude sur la chatière va sortir à la fin de l’année et, point crucial pour le Président de la Région, « la gouvernance des ports est à revoir » il faut qu’elle soit prise en main localement comme il en va dans les autres pays. Une reprise en main régionale qui lui paraît aussi essentielle pour la Ligne Nouvelle Paris Normandie (LNPN), pour l’Axe Seine… « autant de sujets qui n’ont pas à être confiés à un Préfet parisien mais dont les Régions doivent prendre les rênes ».

Comment un président de la République « jupitérien » voit il la décentralisation ? Pour l’instant comme pour beaucoup d’autres sujets la réponse est loin d’être claire. Qu’en sera-t-il de la fusion Métropole / Département prévue ? Qu’en sera-t-il des pouvoirs concédés aux Régions ?

Dans Révolution, désormais notre livre de chevet (sic) page 257 : « Une nouvelle étape de ce qu’on appelle la déconcentration est, à cet égard nécessaire. Cela signifie transférer le pouvoir et des responsabilités de l’administration centrale vers l’administration de terrain – celle qui est en prise directe avec le terrain ». Déconcentration écrivait le futur président de la République et non décentralisation…le jacobinisme semble avoir encore de beaux jours devant lui.

Eclairages normands suite au 1er tour des législatives

Petit tour des messages reçus dans la nuit de dimanche après les élections

Comme souvent le plus rapide est Sébastien Lecornu, président du Conseil Départemental de l’Eure. Il salue les électeurs de l'Eure qui se sont mobilisés pour ce premier tour des élections législatives même s’il regrette une participation faible, à l'image du reste du territoire.

« Je remercie également les électeurs de la 1ère circonscription de l'Eure qui réaffirment leur confiance à leur député, Bruno Le Maire. » Etant donné la situation particulière de l’Eure où dans chaque circonscription, le tandem de tête est un ballotage LREM / FN, sa consigne est claire : Dimanche prochain, comme je l'ai déjà fait pour les élections présidentielles, je soutiendrai les candidats qui sont face au Front National. "  

Dominique Gambier, maire de Déville-lès-Rouen adepte d’En Marche dès ses commencements se réjouit de la bonne position de  Damien Adam « il a réalisé un beau score dans la première circonscription de Seine-Maritime, et arrive en tête des candidats, améliorant même le score d’Emmanuel Macron ». Ce jeune la Business School de Toulouse qui travaille au marketing chez Crédit Agricole Normandie Seine, âgé de 27 ans, a réussi avec 34% des suffrages, à mettre en difficulté la cacique du parti socialiste Valérie Fourneyron qui n’a que 17%. Il va sans doute pouvoir récupérer une bonne partie des 16% des voix LR de Jean-François Bures.

Bertrand Bellanger vice président du Conseil Départemental adepte de LREM dont la candidature n’a pas été retenue annonce :  je suis ravi du score réalisé par Damien Adam et Samia Boukhalfa, candidats de La République En Marche (1ère circonscription), qui totalisent ensemble plus de 38%, loin devant les candidats des partis LR et PS (23% et 16%). La mobilisation pour le second tour doit amplifier la tendance »

Christophe de Balorre, Président du Conseil départemental de l’Orne, appelle les électeurs de la 1ère  circonscription de l’Orne : « à se mobiliser et à voter massivement pour Christine Roimier"  

Christine Roimier DVD, obtient 21% et son rival socialiste Joaquim Pueyo 30,31%. Il a bénéficié de la mansuétude de LREM puisqu’aucun candidat ne se présentait dans sa circonscription. En l’occurrence le président soutient sa vice-présidente, son suppléant est Bernard Soul maire de Domfront en Poiraie  que vous allez bientôt retrouver dans le dossier normandiexxl prépare sur sa ville. C’est le conseiller Régional Bertand Deniaud (LR) qui arrive en 3e position avec 16,3% de voix. Une fois de plus la droite n’a pas su faire taire ses querelles.

A presque minuit, Christophe de Balorre, appelle cette fois « à voter massivement pour Jérôme Nury. »

Ce vice-président du conseil départemental arrive en 2e position 33,47% presque à égalité avec le candidat LREM (34,64%) Isabelle Boscher. La principale réserve de voix se trouve chez Katia Frémont la candidate FN qui a obtenu 13,4%, la France Insoumise ayant 9%. Les jeux ne sont pas faits.

Hubert Dejean de la Bâtie : J'aime beaucoup Jupiter mais la bonne taille c'est quand les pieds touchent par terre

Dans la nuit le maire de Ste Adresse et vice-président du Conseil Départemental philosophe : « Les élections législatives, maintenant couplées aux élections présidentielles, ont donc confirmé la tendance. La nouvelle majorité présidentielle enregistre des scores tout à fait importants qui consacrent le recul des partis traditionnels. Je me réjouis que dans cet effondrement général, l'union de la droite et du centre résiste mieux que les autres.

Alors qu'une nouvelle Assemblée Nationale se dessine, avec beaucoup de députés néophytes probablement enthousiastes et sympathiques, je crains que le Péril Jacobin ne se précise. Cette chambre nouvelle, peu expérimentée, sera façonnée par l'exécutif et lui sera donc naturellement dévouée comme tout bon apparatchik[…]Plus que jamais j'invite mes concitoyens à voter pour Agnès Firmin Le Bodo qui a une solide expérience des dossiers et un réel enracinement dans le territoire que nous défendons.

Ginette Bléry

Assemblée Nationale...le nombre des colonnes bleues rouges s'est réduit !