collectivités


Classes bilangues : zurück !

Dernière mise à jour 22/05/2017

Collectivités. Nous avions en mai publié nombre de réaction a propos de la suppression des classes bilangues qui avait réussi à faire l’unanimité de Sébastien Jumel, maire PC de Dieppe au Medef que l’on trouve rarement dans le même camp, de Dominique Gambier à Hervé Morinhttp://www.normandiexxl.com/article.php?id=934.

Aujourd’hui le Gouvernement change de cap et Catherine Morin-Desailly (UDI-UC - Seine-Maritime), c’est le retour (zurück) sénatrice présidente de la commission de la culture, de l'éducation et de la communication, se félicite de l'annonce, par le Président de la République et le ministre de l'éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, du rétablissement prochain des classes bilangues dans les collèges.

Elle rappelle son attachement à ce dispositif, qui avait permis d'enrayer la baisse du nombre de germanistes dans le second degré et qui participe de la coopération franco-allemande, plus que jamais au cours du projet européen.

Elle rappelle que « lors des travaux de la commission consacrés à la réforme du collège et, en particulier, à l'occasion de l'audition de la ministre, Najat Vallaud-Belkacem, le 1er juin 2015, les membres de la commission avaient fait part de leur inquiétude s'agissant des inégalités liées à cette mesure : Paris avait conservé la quasi-totalité de ses classes bilangues, quand l'académie de Caen avait perdu 95 % des siennes. Cette préoccupation s'était notamment traduite par une table ronde consacrée à l'enseignement de l'allemand, tenue en mars 2016.

La sénatrice souligne que : « le rétablissement des classes bilangues doit s'inscrire dans une réflexion plus large sur l'apprentissage des langues vivantes, enjeu majeur de l'éducation au XXIe siècle et dans lequel notre système éducatif a beaucoup de progrès à faire ».

« Cet enjeu nous impose aussi de veiller au rétablissement des sections européennes » insiste par ailleurs la présidente de la commission.

Au-delà du fait, la démarche montre que s’établit une attitude de cohabitation constructive entre l’opposition et le gouvernement.

Catherine Morin Desailly