idées


Réflexions « philosophiques » avant un scrutin

Dernière mise à jour 05/05/2017

Idées. François Busnel créateur – animateur de l’émission La Grande Librairie de France 5 a eu la bonne idée de consacrer l’édition de ce 4 mai aux mots de la politique sur le thème « les mots ont un sens »

Parmi les expressions qui ont fait flores dans les campagnes électorales et la vie politique on trouve le « ni – ni » qui a connu sa première gloire avec François Mitterrand et son « ni privatisation, ni nationalisation ». Une manière de prendre du recul, de se mettre en dehors du jeu, de se placer en position individualiste et souveraine. François Busnel fait alors se télescoper le « ni-ni » avec la citation de Voltaire : « Aucun flocon de neige ne se sent responsable d’une avalanche » et le ni-ni apparaît comme le triomphe de l’individualisme irresponsable, tout le contraire aussi d’une attitude politique.

Machiavel, le prince de la politique, considère que le comportement de l’homme au pouvoir se caractérise par la nécessité de décider et d’agir, sa réflexion se traduit donc par « ou bien …ou bien ». Car il n’y a pas de politique sans décision, c’est bien ce qui a grandement manqué au dernier gouvernement. Ou bien MLP ou bien EM, c’est la véritable attitude politique et responsable.

Le mot « liberté » n’a pas manqué d’être de la partie, la plupart des participants ont souligné que ce mot fut absent du débat de cette campagne. On a tendance dans notre pays à considérer la liberté comme un acquis mais elle ne l’est jamais ; il suffit d’aller en Turquie pour en prendre conscience. Non seulement la liberté n’est jamais gagnée mais la conserver n’est pas aisé. Toujours se souvenir de Thucydide «Le repos ou la liberté, il faut choisir »…

Ginette Bléry

Les participants à la rencontre étaient : Boris Cyrulnik, Patrick Boucheron, Philippe Claudel, Marie Darrieussecq, Aurélien Bellanger